Trudeau cherchera à promouvoir la candidature canadienne au Conseil de sécurité

OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau a beaucoup de terrain à rattraper s’il veut que le Canada réussisse à obtenir un siège au Conseil de sécurité des Nations Unies, selon divers observateurs.

De nombreux experts craignent que la tournée qu’entreprend cette semaine M. Trudeau arrive trop tard dans la course. Les engagements du Canada en matière d’aide étrangère et de participation aux opérations de maintien de la paix des Nations Unies n’ont jamais été aussi bas.

On a reproché au gouvernement libéral d’avoir largement ignoré l’Afrique, qui forme un bloc de vote clé à l’ONU. Les libéraux pourraient s’en mordre les pouces comme s’ils venaient de découvrir la valeur politique du continent africain.

M. Trudeau se rend à Addis-Abeba, en Éthiopie, pour rencontrer le premier ministre et la présidente du pays. Il assistera aussi au sommet de l’Union africaine là-bas avant de se rendre à Dakar pour y rencontrer le président du Sénégal.

Nicolas Moyer, président du Conseil canadien pour la coopération internationale, a déclaré que sans le soutien des quelque 50 pays du bloc africain, la campagne du Canada pour le Conseil de sécurité est voué à l’échec.

Le Canada est en concurrence avec la Norvège et l’Irlande, qui dépensent toutes deux davantage pour l’aide étrangère et le maintien de la paix. Le vote aura lieu en juin.

Les plus populaires