Trudeau et Ford soulignent l’ouverture d’une première usine de véhicules électriques

INGERSOLL, Ont. — Alors que la première usine de fabrication de véhicules électriques à grande échelle au Canada ouvrait officiellement ses portes lundi, dans le sud de l’Ontario, Justin Trudeau et Doug Ford ont parlé d’un jalon historique au Canada. 

Le premier ministre Trudeau a déclaré que les camionnettes de livraison entièrement électriques avaient commencé à sortir plus tôt lundi de l’usine d’assemblage de General Motors à Ingersoll. Cette usine CAMI a été réaménagée et réoutillée pour construire les nouveaux véhicules tout électriques «BrightDrop».

La transformation de l’usine s’est faite en «un temps record» après que GM a annoncé son projet en avril, a soutenu M. Trudeau. «Tous les gouvernements du monde aimeraient investir des millions de dollars dans des endroits comme celui-ci», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à l’usine du sud-ouest de l’Ontario.

Les gouvernements provincial et fédéral ont investi chacun 259 millions $ dans le projet de 2 milliards $ de GM pour réaménager l’usine d’Ingersoll et pour préparer son usine d’Oshawa, toujours en Ontario, afin qu’elle puisse produire des véhicules électriques.

Le gouvernement fédéral soutient que l’usine d’Ingersoll devrait construire 50 000 véhicules électriques d’ici 2025.

Le premier ministre Doug Ford a qualifié l’engagement de GM envers l’usine de «vote de confiance massif» pour sa province, mais il a déclaré qu’il y avait encore du travail à faire compte tenu de l’incertitude économique.

«Nous avons ramené le secteur automobile, a-t-il dit. Ces véhicules seront produits avec de l’acier propre, de l’énergie propre et des gens formidables.»

Le premier ministre progressiste-conservateur, peu de temps après sa première élection en 2018, avait supprimé les remises sur l’achat de véhicules électriques, mises en place par les libéraux. Plus tard cette année-là, son gouvernement a aussi «sorti» la province du «marché du carbone», un système qui finançait justement les remises aux acheteurs de véhicules électriques.

M. Ford a déclaré lundi que par ce programme de remises, les contribuables ontariens «subventionnaient l’achat de véhicules (électriques) de n’importe où sauf de l’Ontario», et qu’il avait plutôt choisi de se concentrer sur les investissements de production à long terme.

«Le marché dicte la loi et le marché sera « véhicules électriques »», a-t-il déclaré lundi.

Le député fédéral Brian Masse, porte-parole néo-démocrate en matière de stratégie automobile, a déclaré lundi que cette annonce était «un pas dans la bonne direction», mais il a appelé le gouvernement à améliorer les incitatifs pour l’achat de véhicules électriques au Canada.

Le gouvernement fédéral offre jusqu’à 5000 $ de réduction sur le coût des voitures électriques neuves qui ont un prix de base inférieur à 55 000 $, ou des camionnettes, des VUS et des fourgonnettes de moins de 60 000 $.

Des données récentes suggèrent que le Canada et l’Ontario accusent un retard par rapport aux ventes mondiales de véhicules électriques, et certaines associations de fabricants attribuent ces retards à des remises insuffisantes.

Un rapport publié par la société de recherche BloombergNEF le mois dernier a montré qu’environ un véhicule sur huit vendu dans le monde entre janvier et juin était un véhicule de tourisme électrique à batterie et hybride rechargeable. Selon ce rapport, le Canada faisait partie des pays qui «rattrapent» leur retard à ce chapitre.

Les données de Statistique Canada indiquent qu’environ un véhicule neuf sur 14 immatriculés au Canada au cours du premier semestre de l’année était électrique.

En Colombie-Britannique et au Québec, où les remises provinciales s’ajoutent aux subventions fédérales, les véhicules électriques représentaient environ une nouvelle immatriculation sur six et une sur dix, respectivement, au cours de la même période. Pendant ce temps, en Ontario, les véhicules électriques représentaient une nouvelle immatriculation sur 20.

Le Canada a l’intention d’interdire d’ici 2035 la vente de nouveaux véhicules de tourisme à moteur à combustion interne.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.