Trudeau met en garde les voyageurs contre d’éventuelles mesures imposées sans préavis

OTTAWA — Justin Trudeau hausse le ton à l’égard des Canadiens qui continuent de voyager malgré la pandémie, évoquant la possibilité d’imposer de nouvelles mesures, sans préavis.

Le premier ministre n’a toutefois pas voulu dire ce qu’il avait en tête. Et il a fait sa sortie avant que François Legault ne réclame, officiellement, une interdiction de tous les vols internationaux non essentiels.

Dans une allocution offerte au pas de sa porte, mardi avant midi, M. Trudeau a demandé, une fois de plus, aux Canadiens de rester au pays.

«Surtout que de jour en jour, les ministres continuent d’évaluer les différents enjeux et on pourrait imposer de nouvelles mesures, sans préavis, dépendamment de la situation», a-t-il averti.

Il a cité l’apparition des nouveaux variants du virus de la COVID-19, détectés au Royaume-Uni, au Brésil et en Afrique du Sud, pour justifier la nécessité d’en faire davantage pour assurer la sécurité des Canadiens.

«Avec ces nouvelles mutations, les circonstances pourraient changer très rapidement», a-t-il déclaré.

Malgré l’insistance des journalistes, il n’a pas voulu préciser davantage sa pensée.

Il s’est contenté de rappeler les mesures déjà prises: test de PCR avant l’embarquement vers le Canada et quarantaine de deux semaines obligatoire à l’arrivée. 

«Mais nous sommes en conversation avec les premiers ministres des provinces (…) pour regarder comment et si on a besoin de prendre encore plus de mesures, y compris quand on parle de la semaine de relâche qui vient, quand on regarde (…) les Canadiens qui passent l’hiver dans le Sud (et qui) vont commencer à revenir au printemps. Nous allons regarder tout ce qu’on pourrait faire pour assurer la protection des Canadiens», a-t-il ajouté.

Tout en continuant à souligner que la Constitution canadienne garantit la liberté de se déplacer, M. Trudeau s’est dit prêt à imposer de nouvelles mesures «très sévères».

Ces derniers jours, plusieurs ont mis en doute l’efficacité de la surveillance de la quarantaine des voyageurs qui rentrent au pays. 

Et on attend que soit prolongée la fermeture de la frontière internationale du Canada, qui est en vigueur jusqu’au 21 janvier et qui interdit l’entrée au pays de ressortissants étrangers, à moins qu’il ne s’agisse de voyage essentiel.

La fermeture de la frontière terrestre entre le Canada et les États-Unis, elle, a été prolongée jusqu’au 21 février.

Laisser un commentaire