Trudeau se dit ouvert à des «améliorations» dans le projet de loi sur les armes à feu

OTTAWA — Justin Trudeau se dit convaincu que l’approche du gouvernement libéral en matière de contrôle des armes à feu est la bonne, mais il s’est dit ouvert à entendre les suggestions pour l’améliorer.

La veille, des survivantes et des proches des victimes du massacre de Polytechnique, en 1989, ont prévenu le premier ministre qu’ils ne voulaient plus le voir au cours des commémorations annuelles s’il permet l’adoption du projet de loi C-21 proposé par son gouvernement pour le contrôle des armes à feu.  

Le projet de loi, déposé le 16 février, prévoit le rachat de nombreuses armes à feu récemment interdites que le gouvernement considère comme des «armes d’assaut», mais les propriétaires seraient autorisés à les conserver, selon de strictes conditions, notamment par un enregistrement et un entreposage sécurisé.

Les signataires de la lettre adressée jeudi à M. Trudeau souhaitent que le rachat de ces armes illégales soit obligatoire, pour s’assurer que la mesure ne pourrait pas être facilement annulée un jour par les conservateurs, qui sont allergiques au contrôle des armes à feu.

Le projet de loi libéral prévoit également que les villes puissent interdire par règlement municipal les armes de poing sur leur territoire. Or, les signataires de la lettre estiment que cette décision créerait «une mosaïque de plus de 3000 législations auprès de municipalités qui n’ont jamais demandé et qui ne veulent pas de ce pouvoir». 

Interrogé sur la rebuffade des signataires de la lettre, vendredi en conférence de presse, M. Trudeau a indiqué qu’il était «ouvert à des améliorations au projet de loi». 

«Nous allons continuer avec des discussions autour de la loi 21, y compris avec des témoignages et des discussions parlementaires sur de potentielles améliorations à ce projet de loi», a-t-il dit après avoir remercié les militantes pour leur lutte. 

«Nous allons continuer de mettre en place des mesures pour permettre aux Villes de restreindre la possession d’armes de poing à l’intérieur de leurs frontières. Nous allons continuer d’amener plus de mesures pour l’importation des armes à feu et des munitions au Canada.»

Laisser un commentaire