Trudeau signera une entente sur la protection de l’enfance avec une Première Nation

OTTAWA — Justin Trudeau se rendra sur les terres de la Première Nation Cowessess, en Saskatchewan, pour assister à une cérémonie de signature en compagnie du premier ministre de la province, Scott Moe. 

Le chef de la Première Nation à l’est de Regina, Cadmus Delorme, en a fait l’annonce, alors que le gouvernement fédéral cédera les responsabilités de la protection de l’enfance à cette communauté.

La Première Nation est un des premiers groupes autochtones qui a averti Services aux Autochtones Canada de son intention de gérer leurs propres services sociaux pour les enfants et les familles, ce qui est permis selon la loi fédérale.

M. Delorme a expliqué que les membres de sa communauté ont décidé en mars 2020 qu’ils voulaient faire valoir leur droit pour les enfants et familles dans le besoin.

«Cette responsabilité fait partie de notre objectif à long terme d’autonomie gouvernementale, fondé sur nos droits inhérents et sur nos relations de traité, a-t-il détaillé dans un communiqué publié sur Twitter, lundi. Cet accord de coordination est un plan de transition pour s’assurer que le transfert de juridiction est professionnel et va au rythme de la Première Nation Cowessess.»

La Fédération des nations autochtones souveraines, qui représente 74 Premières Nations saskatchewanaises, a annoncé l’an dernier qu’elle demandait à Ottawa un investissement de 360 millions $ échelonné sur cinq ans pour appliquer cette loi dans les réserves. 

Le bureau de M. Trudeau a confirmé qu’il allait faire une annonce à Cowessess, mais n’a pas donné de plus amples détails.

Cowessess est aussi le site d’un ancien pensionnat pour enfants autochtones où un radar à pénétration de sol a détecté 751 sépultures anonymes. 

Dans son discours de la fête du Canada, M. Trudeau a affirmé que ces découvertes atroces avaient pressé les Canadiens à réfléchir sur les échecs historiques et les injustices actuelles du pays.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.