Trudeau souligne que la crise de la COVID-19 est loin d’être terminée

OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau a prévenu jeudi que le Canada est toujours au coeur de la crise de santé publique de la COVID-19 et le restera pendant de nombreux mois.

«Ne nous méprenons pas», a-t-il déclaré lors d’une activité de financement libérale virtuelle.

«Nous sommes toujours dans ce mode de crise. Nous sommes toujours au milieu d’une pandémie. Nous allons devoir apprendre à continuer à vivre avec la COVID-19 pendant de très nombreux mois.»

M. Trudeau a fait ces remarques en réponse à une question d’un partisan libéral lors du tout premier événement de financement virtuel du parti.

Les donateurs qui versaient n’importe quelle somme d’argent — le parti suggérait 25 $ — pouvaient participer à l’événement par l’entremise d’un lien vidéo collectif et poser des questions par écrit au chef libéral.

Le parti a déclaré avoir reçu plus de 500 questions, mais seulement cinq ont été posées à M. Trudeau lors de l’événement de 45 minutes, toutes amicales.

Le parti a affirmé que près de 4000 personnes étaient à l’écoute de l’événement — le plus grand rassemblement de libéraux depuis leur congrès national de 2018.

M. Trudeau a profité de l’occasion pour appeler les Canadiens à «continuer à être vigilants» face à la pandémie. Il les a exhortés à plusieurs reprises à continuer à se laver les mains, à porter des masques, à éviter les grands rassemblements et à se tenir à distance physiquement.

«Au fur et à mesure que nous faisons cela et mieux nous le faisons, plus nous aurons de chances de sortir plus forts, plus rapidement et de pouvoir vraiment construire ce meilleur avenir auquel je sais que nous sommes tous vraiment impatients d’arriver.»

Tout en reconnaissant que la pandémie a signifié des temps difficiles pour les Canadiens, M. Trudeau a également déclaré qu’il entrevoyait avec enthousiasme l’opportunité qu’elle présente maintenant de reconstruire «un Canada meilleur et plus fort». Son gouvernement a l’intention d’esquisser son plan de reprise économique dans un discours du Trône le 23 septembre.

«Notre pays et notre monde sont confrontés à un défi sans précédent, mais il nous a aussi été offert une opportunité sans précédent», a-t-il déclaré.

«Nous avons la chance de bâtir un Canada plus sécuritaire et plus sain, un Canada plus vert et plus compétitif, plus accueillant et plus juste. C’est le moment de définir la voie à suivre.»

En réponse à une question d’un partisan de l’Alberta, M. Trudeau a reconnu que la province avait été particulièrement touchée par le double coup dur de la COVID-19 et de l’effondrement de la demande de son pétrole et de son gaz naturel.

Il a promis que son gouvernement s’appuierait sur «le travail acharné, les compétences en ingénierie, l’innovation dont les gens de l’Alberta et du secteur pétrolier et gazier» ont toujours fait preuve pour s’éloigner progressivement des combustibles fossiles et atteindre la cible de zéro émission nette d’ici 2050.

«Aucun de nous ne peut faire partie d’un avenir meilleur tant que nous ne faisons pas tous partie de cet avenir meilleur», a-t-il déclaré.

La députée montréalaise Rachel Bendayan agissait comme modératrice.

M. Trudeau assiste habituellement à plusieurs événements de financement à travers le pays, mais la pandémie de COVID-19 a suspendu les grands rassemblements en personne et tous les partis politiques ont dû trouver d’autres moyens de recueillir des fonds et de rejoindre les électeurs.

Le Parti libéral est en train de débattre et de prioriser les résolutions pour son prochain congrès national entièrement en ligne.

Le parti n’a pas encore décidé si le congrès lui-même, prévu du 12 au 15 novembre à Ottawa, se déroulera virtuellement ou selon une formule hybride de sessions en ligne et en personne.

Laisser un commentaire
Les plus populaires