Les responsables de la sécurité de Mike Pence craignaient pour leur vie

WASHINGTON — Des membres du service de sécurité de l’ancien vice-président Mike Pence exhortaient leurs collègues à appeler leurs familles en leur nom, craignant pour leur vie au milieu de la violence au Capitole, selon ce qui est dit devant le comité sur les événements du 6 janvier 2021.

Un responsable de la sécurité de la Maison-Blanche, témoignant sous le couvert de l’anonymat, a décrit avoir entendu la fréquence radio de l’équipe de M. Pence qui leur faisait craindre d’être forcés de prendre des mesures létales.

Également jeudi soir, le comité a appris que certaines des personnes les plus proches de Donald Trump le jour des émeutes au Capitole exhortaient le président à décourager les agissements de la foule empreinte à la violence.

Dans un témoignage enregistré, l’avocat de la Maison-Blanche, Pat Cippolone, a déclaré que le conseiller principal Marc Herschmann, le chef de cabinet Mark Meadows et la propre fille de Donald Trump, Ivanka, l’exhortaient à agir en ce sens.

L’ancienne attachée de presse adjointe de la Maison-Blanche, Sarah Matthews, témoignant en personne, a déclaré qu’elle faisait également partie des personnes qui exhortaient Donald Trump à faire une déclaration publique.

Cependant, M. Trump a repoussé ces appels pendant les trois heures qu’il a passées dans sa salle à manger privée de la Maison-Blanche, en regardant l’émeute se dérouler sur Fox News.

Une chose qu’il a faite a été d’envoyer un message sur Twitter vilipendant Mike Pence – un gazouillis que l’ancien conseiller adjoint à la sécurité nationale Matthew Pottinger a décrit comme le moment où il s’est rendu compte qu’il devait quitter la Maison-Blanche.

Les membres du comité ont expliqué comment ni les journaux d’appels de la Maison-Blanche ni l’itinéraire présidentiel n’ont enregistré d’activité de Donald Trump pendant les trois heures entre son discours fatidique dans le parc The Ellipse et le moment où il a finalement invité les manifestants à rentrer chez eux.

L’audience de jeudi est la deuxième à avoir lieu aux heures de grande écoute – un signe que les membres du comité espèrent une visibilité maximale alors que leur enquête se referme sur l’ancien président.

Ce ne sera pas la dernière, cependant: le président, le représentant Bennie Thompson, a confirmé que les audiences se poursuivraient en septembre compte tenu de l’enquête en cours et en développement rapide.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.