Trump attendu pour la cérémonie de pardon de la dinde à la Maison-Blanche

WASHINGTON — Le président Donald Trump se pliera à une tradition de l’Action de grâce aux États-Unis en accordant son pardon à deux dindes bien dodues mardi lors d’une cérémonie dans la roseraie de la Maison-Blanche.

Ce sera l’une de ses rares apparitions publiques depuis les élections du 3 novembre.

Les deux volatiles, présentés par la Fédération nationale de la dinde, ont été baptisés Corn et Cob («Maïs» et «Épi») en l’honneur de leur état d’origine, l’Iowa, un important producteur de maïs. L’un d’eux deviendra officiellement la dinde nationale de Thanksgiving, mais les deux iront poursuivre leur vie sur le campus de l’Université d’État de l’Iowa.

Ce n’est pas la première fois que la cérémonie de grâce de la dinde, un événement généralement léger et joyeux, a lieu dans une période tendue pour le pays.

Lors de l’événement l’année dernière, M. Trump avait fait des blagues sur le processus de destitution qui le visait. La Chambre des représentants avait voté en faveur de sa destitution le mois suivant, mais le Sénat avait fini par l’acquitter.

En 2018, M. Trump avait lancé à la blague que l’une des dindes, Carrots, avait contesté le résultat de l’élection ayant mené au choix de la dinde nationale. Le scénario qu’il décrivait alors ressemble de façon frappante à celui auquel il est confronté aujourd’hui.

«C’était une élection juste», avait lancé le président. «Malheureusement, Carrots a refusé d’admettre sa défaite et a exigé un recomptage, et nous nous battons toujours avec Carrots. Mais je vais vous dire, nous sommes arrivés à une conclusion. Carrots, je suis désolé de te le dire, le résultat n’a pas changé. C’est bien dommage pour Carrots.»

La cérémonie de la dinde de Thanksgiving à la Maison-Blanche a commencé sous le président Ronald Reagan. Mais George H.W. Bush a inauguré la tradition annuelle du pardon en 1989 en épargnant un volatile de 50 livres (23 kilos) alors que des militants des droits des animaux manifestaient à proximité.

Laisser un commentaire