Trump blâme les démocrates pour la mort d’un migrant et de sa petite fille

WASHINGTON — Le président Donald Trump blâme les démocrates pour la mort d’un migrant salvadorien et de sa fille de 23 mois, illustrée par une photo poignante, devenue un symbole du danger auquel sont confrontées les personnes qui tentent de franchir la frontière entre le Mexique et les États-Unis.

Interrogé sur la photo alors qu’il quittait la Maison-Blanche pour un voyage en Asie, mercredi, M. Trump a déclaré aux journalistes: «Je déteste ça.»

Mais il a fait valoir que ces décès auraient pu être évités et a reproché aux démocrates de ne pas avoir adopté une loi qui, selon lui, empêcherait les migrants d’entreprendre le dangereux périple.

Les corps de l’homme et de l’enfant — son bras autour du cou de son père, suggérant qu’elle s’accrochait à lui dans ses derniers instants — ont été découverts lundi matin sur la rive du Rio Grande.

Le président a affirmé que le père, Óscar Alberto Martínez Ramírez, était probablement «un homme formidable».

De son côté, la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a dit espérer que la photo fasse réfléchir l’administration Trump.

«Ce n’est pas ce que nous sommes en tant que pays. Nous avons des obligations envers l’humanité qui sont complètement ignorées, a-t-elle soutenu en entrevue avec l’Associated Press. C’est une manifestation d’un comportement qui se situe en dehors d’un comportement humain civilisé.»

Óscar Alberto Martínez Ramírez et sa fille Valeria ont été emportés par le courant dimanche, à proximité de Matamoros, au Mexique, et de Brownsville, au Texas.

Au Salvador, la mère de M. Ramírez et grand-mère de Valeria a dit ressentir un immense vide «que personne ne peut combler».

Rosa Ramírez a raconté qu’elle avait supplié son fils de ne pas faire le voyage, ou de ne pas emmener sa fille.

Mme Ramírez a affirmé que la photo était «difficile» et «choquante», mais en même temps remplie de «tendresse».

«On peut voir comment il la protégeait, ils sont morts dans les bras l’un de l’autre», a-t-elle souligné.

Les plus populaires