Trump croit en ses chances au Nevada malgré la récente domination démocrate

Cette année, le Nevada sera un État pivot, préviennent les stratèges et organisateurs politiques.

LAS VEGAS — Les démocrates sont parvenus à remporter l’État du Nevada chaque élection présidentielle depuis 2004. Aux élections de mi-mandat de 2018, une vague bleue a permis aux démocrates d’y ravir un siège au Sénat et d’asseoir la domination de leur délégation au Congrès.

Cette année, des stratèges et organisateurs politiques préviennent toutefois que le Nevada demeure un État pivot.

Le président Donald Trump, qui avait perdu cet État de peu en 2016, prévoit un rassemblement de campagne à Carson City dimanche soir, son deuxième en deux mois au Nevada alors que les électeurs ont commencé à se prononcer par anticipation.

Le gouvernement démocrate de l’État du Nevada a automatiquement envoyé des bulletins de vote par correspondance à tous les électeurs enregistrés en raison de la pandémie, mais le vote par anticipation en personne, qui s’est amorcé samedi, est habituellement plus populaire. On prévoit que cette tendance se maintiendra cette année, alors que de longues lignes se formaient déjà à l’extérieur des bureaux de vote.

La pandémie a durement touché l’économie de l’État, basée sur le tourisme. Son taux de chômage est le plus haut du pays.

Du côté des démocrates, le démarchage et les événements en personne ont cédé leur place à une campagne virtuelle cette année. Les républicains, qui n’ont entamé cette transition que dans les derniers mois, ont doublé leurs effectifs par rapport à la campagne de 2016. Leur mission est de rediriger les frustrations économiques des résidants du Nevada vers le gouverneur démocrate, Steve Sisolak — et non le président Donald Trump.

Même s’il a perdu cet État en 2016, M. Trump y avait fait meilleure figure que ses prédécesseurs Mitt Romney et John McCain. Le Nevada a aussi un plus haut pourcentage de personnes blanches sans éducation universitaire, qui constituent la base de son électorat, que dans d’autres États clés comme la Floride, l’Arizona, le Michigan, la Pennsylvanie et le Wisconsin.

Selon des sondages récents, Joe Biden aurait une certaine avance dans les intentions de vote au Nevada. Toutefois, cet État est particulièrement difficile à sonder. Les travailleurs de l’industrie hôtelière, avec Las Vegas et ses casinos, sont nombreux à se déplacer régulièrement et à travailler de soir ou de nuit, ce qui les rend difficiles à joindre.

Le porte-à-porte s’avère donc important pour aller à la rencontre des électeurs et les convaincre de s’enregistrer.

Depuis le printemps, les républicains ont inscrit plus d’électeurs que leurs adversaires, réduisant l’écart à cinq points de pourcentage, soit un de moins qu’en 2016.

La campagne de M. Biden a maintenu qu’elle pouvait s’organiser sur le web de façon efficace, mais a tout de même recommencé le démarchage plus tôt ce mois-ci.

Selon le stratège républicain établi au Nevada Rory McShane, on retrouve une forte présence populiste dans cet État. Selon lui, M. Trump pourra profiter de la frustration des gens par rapport aux mesures sanitaires imposées par M. Sisolak en réponse à la pandémie et le système d’assurance-emploi défaillant qui tarde depuis le printemps à verser des prestations à plusieurs dizaines de milliers de personnes dans le besoin.

Les démocrates n’adhèrent pas à cette théorie, affirmant que la gestion par l’administration Trump de la crise de sanitaire, des répercussions économiques et de la sécurité de son propre entourage se retourneront contre elle.

La campagne de M. Trump a courtisé plusieurs groupes diversifiés, dont les Afro-Américains et des électeurs issus de l’immigration, qui représentent près du tiers de la population de l’État.

Au Nevada, les Latino-Américains ont été touchés de façon disproportionnée par le coronavirus et représentent près de la moitié des cas confirmés.

Laisser un commentaire
Les plus populaires