Trump emboîte le pas à Biden en visitant le Michigan

WASHINGTON — Le président Donald Trump a emboîté le pas à son adversaire démocrate Joe Biden, jeudi, en se rendant au Michigan, un état critique pour assurer sa réélection en novembre.

Avant de prendre la route, toutefois, M. Trump a dû gérer certains problèmes à Washington, où tout le monde parle de l’admission du président, datant de février, selon laquelle la COVID-19 est une maladie grave, pouvant être transmise par l’air — un message complètement différent de celui qu’il a livré publiquement.

Le président a convoqué une conférence de presse surprise, jeudi, pour parler de la gestion de la pandémie par son administration, mais il a vite été rattrapé par des questions sur les révélations du nouveau livre du journaliste Bob Woodward, «Rage».

Le livre fait état de plusieurs entretiens enregistrés dans lesquels M. Trump reconnaît la gravité du nouveau coronavirus, dont le fait qu’il puisse être cinq fois plus mortel que la grippe saisonnière et se propager dans les airs. En public, cependant, il insistait sur le fait que l’épidémie était maîtrisée et qu’elle disparaîtrait probablement au printemps.

Le président a nié avoir menti aux Américains, martelant qu’il voulait éviter un mouvement de panique. 

«Il n’y avait pas de mensonge là», a-t-il soutenu.

«C’est toujours un problème sérieux. Cela ne veut pas dire que je vais sauter dans les airs et commencer à dire: « Les gens vont mourir, les gens vont mourir » — non, je ne vais pas faire ça.»

Il a même suggéré que M. Woodward, un ancien journaliste réputé du Washington Post, avait convenu que ce n’était un secret pour personne en février que le virus était grave, ajoutant qu’il aurait dévoilé le contenu de leur conversation à ce moment-là s’il n’en était pas convaincu.

Le journaliste a reconnu qu’il avait retenu ces informations, mais il a insisté pour dire qu’il n’avait pu confirmer les détails seulement au mois de mai. Il affirme s’être concentré à travailler sur son livre pour qu’il soit publié avant l’élection présidentielle de novembre.

La visite de M. Trump au Michigan — un ancien bastion démocrate qu’il a remporté de justesse en 2016 — survient un jour après celle de Joe Biden.

Le candidat démocrate a promis à Detroit d’adopter des mesures de type «Buy American», afin de conserver des emplois manufacturiers aux États-Unis.

M. Biden prévoit des sanctions fiscales sévères pour les entreprises qui fabriquent des produits à destination des États-Unis en dehors du pays et une répression contre celles qui utilisent la délocalisation pour éviter de payer des impôts chez eux.

Il a également l’intention «d’élargir et de resserrer» les dispositions «Buy American» et d’établir un bureau «Made in America» à la Maison-Blanche pour examiner et limiter les exceptions aux règles — exceptions dont dépendent de nombreuses entreprises canadiennes.

Laisser un commentaire
Les plus populaires