Trump prend à tort tout le crédit pour le développement du vaccin de Pfeizer

WASHINGTON — Le président Donald Trump a revendiqué à tort tout le crédit pour l’annonce de Pfizer selon laquelle son vaccin contre la COVID-19 est un grand succès, déformant l’étendue du soutien gouvernemental derrière les efforts de l’entreprise.

L’Associated Press a examiné cette déclaration du président prononcée vendredi: 

DONALD TRUMP: «À la suite de l’opération Warp Speed, Pfizer a annoncé lundi que son vaccin contre le virus de Chine était à 90 % efficace… Pfeizer a dit que ça ne faisait pas partie de Warp Speed, mais cela s’est avéré être une déformation malheureuse.»

LES FAITS: Ce n’est pas vraiment le cas. Pfeizer a bel et bien accepté des subventions gouvernementales pour développer, tester ou élargir sa capacité de fabrication dans le cadre de l’initiative gouvernementale de l’administration Trump visant à trouver rapidement un vaccin et des traitements contre la maladie qui balaie le pays.

En fait, Pfizer s’est associé au concepteur initial du vaccin, la pharmaceutique allemande BioNTech, en mars et a annoncé le mois suivant les premiers tests chez les humains en Allemagne. La Maison-Blanche a annoncé l’opération Warp Speed en mai.

Pfizer a choisi de ne pas rejoindre l’opération Warp Speed au départ, mais l’entreprise suit les mêmes exigences générales pour le développement du vaccin que ses concurrents qui ont reçu des fonds de recherche du gouvernement. La société affirme qu’elle a risqué 2 milliards $ de son propre argent pour le développement de vaccins et qu’elle n’obtiendra rien de Washington à moins que ses efforts se soldent par un succès.

«Les coûts de développement et de fabrication du vaccin contre la COVID-19 de Pfizer ont été entièrement autofinancés», a expliqué la porte-parole Jerica Pitts.

«Nous avons décidé d’autofinancer nos efforts afin de pouvoir agir le plus vite possible.»

Toutefois, en juillet, Pfizer a signé une entente de 1,95 milliard $ US avec le gouvernement américain — si le vaccin fonctionne bien et est autorisé par les autorités fédérales — pour fournir 100 millions de doses.

L’opération Warp Speed permet également à Pfizer une aide logistique, bien que la société expédie directement son propre vaccin, tandis que le gouvernement contrôlera l’expédition d’autres vaccins contre la COVID-19.

L’annonce de Pfizer ne signifie pas qu’un vaccin a été approuvé et arrivera immédiatement sur le marché.

La prochaine étape pour Pfizer serait de demander une «autorisation d’utilisation d’urgence» par la Food and Drug Administration (FDA), probablement plus tard ce mois-ci, ce qui permettrait une distribution limitée avant de demander l’approbation complète de la FDA pour une utilisation plus large par le grand public en 2021. Il n’est pas garanti qu’elle obtiendra toutes ces autorisations.

Laisser un commentaire