Trump songe à gracier des militaires américains accusés de crimes de guerre

WASHINGTON — Donald Trump songe à gracier plusieurs militaires américains accusés de crimes de guerre.

Le président a été interrogé vendredi à la Maison-Blanche sur des informations selon lesquelles il envisageait d’accorder son pardon avant ce long week-end menant au «Memorial Day» lundi, jour du Souvenir aux États-Unis.

Le président a déclaré que «certains de ces soldats» s’étaient «battus longtemps et vaillamment».

«Nous leur apprenons à être de grands combattants», a-t-il ajouté, mais une fois au combat, ils se font parfois «traiter injustement».

Selon certains médias, le soldat Edward Gallagher, des forces spéciales de la Marine américaine, figure parmi les pardons potentiels. Ce membre des «SEAL» doit bientôt être jugé pour avoir tiré sur des civils non armés et tué un prisonnier en Irak. Des organisations d’anciens combattants s’opposent à toute idée de pardon dans cette affaire.

Le président Trump a déclaré vendredi qu’il pourrait attendre l’issue des procès militaires.