Tuerie en N.-É: confusion de la GRC pour obtenir un avion afin de traquer le tueur

HALIFAX — Les transcriptions des appels entre la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et les responsables de la recherche et du sauvetage à Halifax montrent un manque général de compréhension de ce qui était nécessaire pour qu’un aéronef militaire apporte son aide lors à la recherche d’un tireur qui a tué 22 personnes en avril 2020.

Le registre et les transcriptions audio obtenus par La Presse Canadienne dans le cadre d’une demande d’accès à l’information révèlent également des conseils confus du Centre conjoint de coordination de sauvetage de l’armée, qui avait initialement l’impression d’avoir traité de manière adéquate la demande de la GRC pour un aéronef équipé de la technologie infrarouge.

Avant de faire appel aux services de recherche et de sauvetage, les agents de la GRC avaient tenté en vain d’obtenir un avion avec des capteurs capables de détecter la signature thermique d’un corps humain, dont ils avaient besoin pour rechercher le tueur dans les bois autour de Portapique, en Nouvelle-Écosse, peu après le début du carnage qui a duré 13 heures le 18 avril 2020. Les aéronefs de la GRC dans les Maritimes n’étaient pas disponibles en raison de problèmes de maintenance.

Lors d’un changement de quart à 7h le 19 avril, des notes montrent que le personnel du centre de sauvetage a discuté d’un appel à l’aide de la GRC reçu à 23h47 la nuit précédente.

«Nous avons été appelés par la GRC qui nous a demandé si nous le ferions – si nous avions accès à FLIR (technologie infrarouge prospective), ce à quoi nous avons répondu que nous n’y avions pas accès et que nous ne nous impliquons pas non plus dans l’application de la loi», a déclaré un membre du personnel identifié seulement comme Bud.

Une collègue non identifiée a rapidement rappelé au fonctionnaire que la GRC avait été dirigée vers PAL Airlines, un entrepreneur civil qui possédait la technologie requise pour la chasse à l’homme.

«Oui, nous les avons dirigés vers PAL, a répondu le premier officier. Alors nous n’avons rien fait, mais nous leur avons dit qui ils pouvaient appeler pour obtenir de l’aide.»

Une transcription de l’appel confirme ce conseil, mais montre également que le centre de sauvetage n’a pas mentionné que la GRC aurait dû faire une demande officielle d’assistance aérienne militaire. La demande devait être faite par l’intermédiaire du Bureau de gestion des urgences de la Nouvelle-Écosse, qui pourrait ensuite la transmettre aux responsables fédéraux de la sécurité publique.

Tenter de mettre tout le monde «sur le coup»

Le centre de sauvetage a déclaré au répartiteur de la GRC à Truro, en Nouvelle-Écosse, que s’il y avait un tireur actif dans la zone, il n’enverra pas de ressources de recherche et de sauvetage. «Si vous recherchez une (technologie infrarouge prospective) avez-vous consulté PAL ou Transports Canada ?», a-t-il demandé?

«Désolé, Transports Canada ou qui ?» a été la réponse de la GRC.

Le responsable de la recherche et du sauvetage a expliqué le service et les capacités offerts par PAL, puis a fourni le numéro de téléphone de la compagnie aérienne à la GRC.

Les registres montrent que les gendarmes ont fait un deuxième appel au centre de coordination de sauvetage à 10h58 le 19 avril. À ce moment-là, ils avaient déjà utilisé un hélicoptère du ministère des Ressources naturelles alors qu’ils poursuivaient le tireur, qui venait de blesser un agent de la GRC et en a tué un autre près de Shubenacadie, en Nouvelle-Écosse.

«On se demande si vous pouvez faire décoller quelqu’un pour nous ?», a demandé le répartiteur de la GRC à un agent de sauvetage identifié comme étant Scott. «Nous essayons juste de mettre tout le monde sur le coup.»

Scott a dit au répartiteur qu’il ne pouvait pas approuver la demande parce que la recherche et le sauvetage ne répondaient pas aux incidents de tir, mais il a ajouté qu’il ferait remonter la demande à sa chaîne de commandement. Scott s’est ensuite entretenu avec un autre responsable du sauvetage identifié comme Christian, qui a déclaré que «la réponse sera probablement non», mais a dit à Scott de transmettre la demande d’hélicoptère au Centre d’opérations aérospatiales combinées de Winnipeg.

Scott a ensuite transmis la demande de la GRC à un officier identifié comme Michael, un capitaine à Winnipeg, qui l’a refusée parce qu’il ne s’agissait pas d’une situation de recherche et de sauvetage.

«Nous ne pouvons pas simplement prendre un hélicoptère et aider la GRC à faire face à une fusillade active, a déclaré Michael. La demande doit passer par la GRC, la province et le gouvernement fédéral. Je sais que cela semble compliqué, mais c’est la seule façon dont nous pouvons le faire.»

Les enregistrements audio montrent également qu’Andrew Mitten, un officier de service du Bureau de gestion des urgences de la Nouvelle-Écosse, a été contacté par l’agent de recherche et de sauvetage Colin Glover, qui a expliqué la situation et obtenu la permission de M. Mitten de faire une demande officielle à l’armée au nom de la GRC.

«Je vais le transmettre à notre chaîne de commandement», a déclaré Colin Glover à Andrew Mitten.

Pendant que cela se passait, le centre de recherche et de sauvetage a également appelé la GRC, où un agent non identifié a reçu l’ordre de faire une demande par l’intermédiaire du Bureau de gestion des urgences.

«Vous devez passer par les canaux appropriés, par l’intermédiaire du bureau de votre gestionnaire des urgences, a-t-on dit à la GRC. Ce que nous essayons de faire en votre nom en ce moment. Nous essayons également de travailler en arrière-plan pour voir si – ce que nous pouvons faire en coulisse, mais vous devriez essayer d’appeler le bureau de gestion des urgences pour la demande.»

Finalement, le personnel du centre de secours est revenu à M. Mitten et lui a dit de contacter directement l’armée pour demander un hélicoptère. Alors que les recherches se poursuivaient pour savoir ce qui pouvait être fait, les responsables des secours ont appris à 11h26 que le tueur avait été «appréhendé».

En fait, il avait été abattu par la police dans une station-service à Enfield, en Nouvelle-Écosse, à l’extérieur d’Halifax.

— Avec la collaboration de Sarah Ritchie

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.