Tuerie en Nouvelle-Écosse: des manifestants réclament une enquête publique

HALIFAX — Des dizaines de personnes se sont rassemblées dans un parc de Halifax et dans la circonscription du ministre néo-écossais de la Justice, lundi, pour réclamer une enquête publique sur la tuerie du mois d’avril qui a coûté la vie à 22 personnes dans la province.

La semaine dernière, le gouvernement provincial a annoncé qu’un groupe d’experts se pencherait sur le massacre. Cette annonce a été critiquée par les familles de plusieurs victimes, qui ont estimé que la formule retenue manquait de transparence et de poids juridique.

Des militantes féministes et d’autres personnes ont pris la parole devant un groupe d’une centaine de manifestants au parc Victoria à midi, affirmant que le «comité d’examen indépendant» créé par les gouvernements fédéral et provincial avait pour mandat de travailler derrière des portes closes.

Au même moment, à Bridgewater, une centaine de personnes ont défilé dans la circonscription du ministre de la Justice, Mark Furey, selon l’organisatrice Desiree Gordon. Des politiciens progressistes-conservateurs et néo-démocrates de la Nouvelle-Écosse étaient également présents.

Des militants, des avocats, des partis de l’opposition néo-écossaise et des sénateurs fédéraux de partout au Canada ont plaidé en faveur d’une enquête publique au cours des derniers mois.

Les gouvernements ont déclaré la semaine dernière qu’un comité d’examen indépendant de trois personnes serait mis en place pour faire la lumière sur la tuerie. Le mandat du comité semble prévoir peu d’audiences publiques — voire aucune.

Son mandat ne prévoit pas non plus de dispositions pour contraindre des personnes à témoigner, et les renseignements recueillis lors de la préparation du rapport devront demeurer confidentiels, précise-t-on.

Des proches des victimes souhaitaient des audiences publiques transparentes et des témoignages contraignants, sous serment.

Le groupe d’experts sera dirigé par l’ancien juge en chef de la Nouvelle-Écosse Michael MacDonald, qui sera secondé par Anne McLellan, ancienne ministre libérale fédérale de la Justice et de la Sécurité publique, et par Leanne Fitch, qui a déjà été cheffe de la police de Fredericton.

Selon la police, le tueur Gabriel Wortman a amorcé sa cavale meurtrière après avoir agressé sa compagne à Portapique, le soir du 18 avril. Il a ensuite arpenté le centre et le nord de la Nouvelle-Écosse, notamment en utilisant une réplique d’une voiture de police et un uniforme de la GRC. Il a tué sur son passage 22 personnes, avant d’être abattu par un policier le lendemain matin.

Laisser un commentaire
Les plus populaires