Tuerie: Pat Curran nie avoir dit à la GRC de ne pas divulguer la liste des armes

OTTAWA — L’ancien directeur de l’organisme de surveillance de la police de la Nouvelle-Écosse nie avoir dit à la GRC de ne pas divulguer la liste des armes saisies au tireur qui a assassiné 22 personnes en avril 2020.

Pat Curran – qui dirigeait l’équipe d’intervention en cas d’incident grave au moment de la fusillade – dit qu’il «n’a donné aucune directive à la GRC» au sujet des cinq armes à feu que Gabriel Wortman avait en sa possession lorsqu’il a été tué par la police dans une station-service le 19 avril.

Cela contredit les déclarations du surintendant de la GRC Chris Leather et de la commissaire adjointe à la retraite Lee Bergerman faites lundi devant une commission parlementaire chargée d’enquêter sur les allégations d’ingérence politique dans l’enquête policière.

Plusieurs membres de la GRC de la Nouvelle-Écosse ont dit croire que la commissaire Brenda Lucki faisait l’objet de pressions de la part des bureaux du premier ministre et du ministre de la Sécurité publique pour s’assurer que la police dévoile le type d’armes en cause alors que le gouvernement fédéral se préparait à annoncer une nouvelle interdiction sur les fusils d’assaut.

M. Leather a déclaré au comité que lui et Mme Bergerman avaient conclu «un accord et un engagement» à l’endroit de M. Curran le 23 avril 2020, pour ne pas publier une liste d’armes en dehors de la GRC, et Mme Lucki aurait dû en être consciente lorsqu’elle a envoyé l’inventaire aux représentants du gouvernement ce même jour.

M. Curran dit que ces armes ne faisaient pas partie de son enquête sur la mort du tireur et qu’il n’avait pas de liste des armes jusqu’à ce qu’elle lui soit remise le 27 avril 2020.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.