Tweets sexistes: un candidat libéral du Manitoba démissionne

WINNIPEG – Un candidat libéral du Manitoba qui a été critiqué pour avoir utilisé des termes désobligeants pour décrire les femmes sur les médias sociaux a remis sa démission.

Jamie Hall a été nommé mardi soir candidat d’une circonscription de la région de Winnipeg en vue des élections provinciales, en avril.

Moins de 24 heures plus tard, le Nouveau Part démocratique (NPD) a réclamé sa démission après avoir déterré une dizaine de gazouillis publiés sur Twitter à différents moments, dans lesquels il a utilisé les termes «whore» («pute») et «skank» («traînée»).

M. Hall a d’abord présenté ses excuses, mais a aussi défendu ses commentaires, disant qu’ils étaient humoristiques et satiriques.

La chef du Parti libéral manitobain, Rana Bokhari, a attendu à jeudi avant de sauter dans l’arène. Elle a fait paraître un communiqué pour annoncer la démission de M. Hall.

«Jamie Hall a présenté ses excuses au parti et à moi-même et je les ai acceptées. Il a aussi remis sa démission comme candidat dans Southdale et je l’ai acceptée», a-t-elle déclaré.

«En tant que femme, je ne peux simplement pas accepter des commentaires qui dénigrent les femmes. Les Manitobains ont tous les droits d’exiger des candidats et des députés de la plus haute qualité.»

Les commentaires de Jamie Hall, datant d’il y a plusieurs années, faisaient à répétition référence aux femmes en termes dénigrants. Dans un gazouillis, par exemple, il demandait si une prostituée en était réellement une si personne ne l’entendait crier.

Il s’est défendu de l’un de ces messages, dans lequel il traitait les féministes de sexistes, affirmant qu’il était tiré d’une citation de l’humoriste américain Bill Maher.

En tant que promoteur pour les bars, il filmait des vidéos faisant la promotion de serveuses qu’il qualifiait de «sexy-ass» («au cul sexy»). Il a aussi écrit un roman dans lequel il comparait des actes sexuels explicites à la conduite d’une voiture de course. Il a affirmé que certains de ses tweets avaient été faits pour la promotion de son roman, bien qu’il n’était jamais mentionné dans ces publications.

Un porte-parole du Parti libéral manitobain avait assuré que les antécédents de M. Hall avaient été vérifiés avant qu’il soit nommé candidat, mais a admis que ses commentaires sur Twitter étaient passés sous le radar.

Les libéraux n’ont qu’un siège à l’Assemblée législative. Des élections auront lieu le 19 avril et les sondages les placent au coude-à-coude avec les néo-démocrates sortants.