Twitter lance un abonnement mensuel payant pour le crochet bleu

NEW YORK — Twitter a lancé samedi un service d’abonnement mensuel de 8 $ qui comprendrait un petit crochet bleu pour indiquer que le compte est celui d’une personne ou d’une entité sûre.

Le nouveau propriétaire de l’entreprise, Elon Musk, en avait fait l’annonce mardi.

Dans une mise à jour concernant l’application Twitter sur Apple iOS, l’entreprise signale à ses clients qu’ils peuvent obtenir le petit crochet bleu «tout comme les personnalités, les entreprises et les politiciens» qu’ils suivent.

Le service sera disponible dans les pays anglo-saxons comme les États-Unis, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni. Sans doute parce qu’il ne le sera pas encore en France, la page en français de Twitter sur l’App Store d’Apple se contentait samedi de mentionner: «Nous avons apporté des améliorations et corrigé des bugs pour que votre expérience Twitter soit encore meilleure».

Ce changement signifie la fin de l’actuel système de vérification de Twitter, lequel avait été lancé en 2009 pour empêcher que des malfaisants piratent des comptes à haut profil, comme celui d’une personnalité. À ce jour, Twitter comptait environ 423 000 comptes vérifiés, dont plusieurs appartiennent à des journalistes de partout dans le monde.

Des experts ont soulevé des inquiétudes sur le nouveau système de vérification. Celui qui existait n’était pas parfait, mais il a aidé les 238 millions d’abonnés de l’entreprise à déterminer si le compte d’où provenait une information était authentique ou non. La mise à jour disponible pour les appareils iOS ne mentionne pas si la vérification est partie intégrante du «crochet bleu».

Le lancement survient au lendemain d’une mise à pied massive au sein de Twitter. Environ la moitié des 7500 employés ont été licenciés, selon Yoel Roth, responsable de la sécurité et de l’intégrité.

Un co-fondateur de Twitter, Jack Dorsey, a accepté samedi la responsabilité de tous ces licenciements. Il a été chef de la direction de l’entreprise à deux reprises, le plus récemment pendant une période s’étendant de 2015 à 2021.

«C’est de ma faute pour cette situation. J’ai fait croître trop rapidement l’entreprise. Je m’en suis désolé», a-t-il commenté sur Twitter.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.