Uber aux USA: 6000 agressions sexuelles impliquant des conducteurs en deux ans

SAN FRANCISCO — La compagnie Uber reconnaît que plus de 3000 agressions sexuelles ont été rapportées lors des quelque 1,3 milliard de transports effectués par ses conducteurs de véhicules l’année dernière aux États-Unis.

Cette compilation comprend 229 viols.

Le dévoilement de ces données par Uber s’inscrit dans la volonté de la multinationale basée à San Francisco d’être plus transparente après avoir été critiquée pendant plusieurs années pour avoir été trop discrète à propos des dossiers de sécurité.

En 2017, 2936 agressions sexuelles ont été signalées à Uber aux États-Unis dans les mêmes circonstances.

Uber a compilé les statistiques à partir de témoignages de conducteurs et de clients; or, il est fréquent que les crimes sexuels ne soient pas signalés.

Le chef de la direction d’Uber, Dara Khosrowshahi, a signalé que la compagnie avait fait des progrès en matière de sécurité, mais a reconnu qu’il restait du travail à faire.

Uber de même que son compétiteur, Lyft, font face à des poursuites judiciaires à propos de comportements répréhensibles de la part de chauffeurs.

Le mois dernier, la ville de Londres a décidé de ne pas renouveler le permis d’opération d’Uber en raison du nombre élevé de critiques sur des questions de sécurité. La multinationale a toutefois annoncé qu’elle porterait cette décision en appel.

 

Les plus populaires