Ukraine: au moins 15 morts dans une attaque russe contre des immeubles

CHASIV YAR, Ukraine — Des dizaines de secouristes ukrainiens travaillent dimanche pour sortir les gens des décombres après qu’une attaque à la roquette russe a percuté des immeubles d’habitation dans l’est de l’Ukraine. L’attaque a tué au moins 15 personnes et des dizaines d’entre elles seraient encore piégées un jour plus tard.

La frappe de samedi soir a touché des immeubles d’habitation dans un quartier résidentiel de la ville de Tchassiv Iar, habité principalement par des personnes qui travaillent dans les usines voisines. Les services d’urgence ukrainiens ont indiqué dimanche qu’ils avaient jusqu’à présent sauvé cinq personnes des décombres et qu’ils avaient pris contact avec trois autres encore piégées vivantes sous les ruines.

Des grues et des excavatrices œuvraient aux côtés des équipes de secours pour dégager les ruines d’un bâtiment, dont les côtés ont été complètement rasés par l’impact de la frappe. Les sauveteurs ont continué à travailler sous la pluie malgré les conditions dangereuses. Le bruit sourd de l’artillerie sur la ligne de front voisine résonnait à quelques kilomètres de là, faisant tressaillir certains travailleurs tandis que d’autres se mettaient à l’abri.

Pavlo Kyrylenko, gouverneur de la région de Donetsk qui comprend Tchassiv Iar, a rapporté que la ville d’environ 12 000 habitants avait été touchée par des roquettes Ouragan, qui sont tirées à partir de systèmes embarqués sur camion. Tchassiv Iar se trouve à 20 kilomètres au sud-est de Kramatorsk, une ville qui est une cible majeure des forces russes alors qu’elles progressent vers l’ouest.

Les résidants ont témoigné à l’Associated Press qu’ils avaient entendu au moins trois explosions et qu’en plus des morts, de nombreuses personnes avaient été grièvement blessées. Un groupe de voisins était assis dans la cour et discutait tranquillement de qui était blessé et de qui manquait toujours à l’appel.

«Il y a eu une explosion, toutes les fenêtres ont explosé et j’ai été projeté au sol. J’ai appelé mes enfants pour leur dire que j’étais en vie. Les murs de ma cuisine et mon balcon ont complètement disparu», a précisé Oksana, 45 ans, qui n’a pas souhaité donner son nom de famille.

Elle a lutté pour retenir ses larmes pendant qu’elle parlait. Elle se trouvait dans son appartement au troisième étage lorsque les missiles ont frappé.

«Nous n’avons entendu aucun son entrant, nous avons juste ressenti l’impact. J’ai couru me cacher dans le couloir avec mes chiens. Tous ceux que je connaissais ont commencé à m’appeler pour savoir ce qui s’était passé. Je tremblais comme une feuille», a dit Irina Shulimova, une retraitée de 59 ans.

Les portes d’entrée et les balcons ont été soufflés par l’explosion, des tas de métal tordu et de briques gisaient sur le sol et des cerises écrasées étaient répandues parmi les vitres brisées.

Un travailleur de 30 ans nommé Oleksandr a affirmé que sa mère faisait partie des personnes blessées dans l’explosion.

 «Dieu merci, je n’ai pas été blessé, c’était un miracle», a-t-il dit en touchant le crucifix autour de son cou.

Bien que la maison qu’il partage avec sa mère soit maintenant détruite, il dit qu’il n’a pas l’intention de quitter le quartier.

«J’ai juste assez d’argent pour subvenir à mes besoins pendant encore un mois. Beaucoup de gens en ont déjà marre des réfugiés venant de l’est — personne ne nous nourrira ni ne nous soutiendra là-bas. Il vaut mieux rester», a ajouté Oleksandr, qui a refusé de donner son nom de famille.

Dima, un autre habitant, vivait depuis plus de 20 ans au rez-de-chaussée d’un des immeubles qui ont été touchés lors de l’attaque. Il faisait des allers-retours sur les décombres.

«Comme vous pouvez le voir, ma maison est perdue», a-t-il observé.

Vingt et une personnes ont été tuées au début du mois lorsqu’un immeuble d’appartements et une zone de loisirs ont été la cible de tirs de roquettes dans la région sud d’Odessa. En outre, au moins 19 personnes sont mortes lorsqu’un missile russe a touché un centre commercial de la ville de Krementchouk fin juin.

La Russie a affirmé à plusieurs reprises qu’elle ne frappait que des cibles de valeur militaire. Il n’y a eu aucun commentaire sur Tchassiv Iar lors d’une réunion du ministère russe de la Défense dimanche.

La région de Donetsk est l’une des deux provinces avec Louhansk qui composent la région du Donbass, où les rebelles séparatistes combattent les forces ukrainiennes depuis 2014. La semaine dernière, la Russie a capturé la ville de Lyssytchansk, le dernier grand bastion de la résistance ukrainienne à Louhansk.

Les forces russes créent un « véritable enfer » dans le Donbass, malgré le fait qu’elles prendraient une pause opérationnelle, a dit samedi le gouverneur de Louhansk, Serhiy Haidai.

Après la prise de Lyssytchansk, certains analystes ont prédit que les troupes de Moscou mettraient probablement un certain temps à se réarmer et à se regrouper.

Mais «jusqu’à présent, il n’y a pas eu de pause opérationnelle annoncée par l’ennemi. Il attaque et bombarde toujours nos terres avec la même intensité qu’avant», a constaté M. Haidai. Il a ajouté plus tard que les forces ukrainiennes avaient détruit des dépôts de munitions et des casernes utilisées par les Russes.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.