Recours aux armes nucléaires: Lavrov tempère la position russe

KYIV, Ukraine — Le ministre russe des Affaires étrangères a rejeté les spéculations sur l’utilisation possible d’armes nucléaires par Moscou, affirmant qu’elle ne pourrait le faire que si la Russie faisait face à une disparition imminente.

Le ministre Sergueï Lavrov a déclaré mardi que la doctrine nucléaire de la Russie envisage «exclusivement des mesures de représailles destinées à empêcher la destruction de la Fédération de Russie à la suite de frappes nucléaires directes ou de l’utilisation d’autres armes qui menacent l’existence même de l’État russe».

S’exprimant à la télévision d’État russe, M. Lavrov a accusé l’Occident de répandre des spéculations sur les prétendues intentions de la Russie d’utiliser des armes nucléaires et a exhorté les États-Unis et leurs alliés à «montrer la responsabilité maximale dans leurs déclarations publiques» sur le sujet.

Le président russe Vladimir Poutine a prévenu qu’il était prêt à utiliser «tous les moyens disponibles» pour protéger le territoire russe, une déclaration qui a été largement considérée comme une tentative de forcer l’Ukraine à arrêter son offensive pour reprendre le contrôle des quatre régions que la Russie a absorbées plus tôt ce mois-ci après des «référendums» orchestrés par le Kremlin qui ont été rejetés par Kyiv et ses alliés occidentaux comme une imposture.

Par ailleurs, une nouvelle série d’attaques de missiles a frappé mardi la ville de Zaporijjia, dans le sud de l’Ukraine, alors que le bilan du barrage de missiles russes de la veille à travers l’Ukraine est passé à 19 morts.

Des missiles ont frappé une école, un établissement médical et des immeubles résidentiels à Zaporijjia, a déclaré le secrétaire du conseil municipal Anatoliy Kurtev. Le service d’urgence de l’État a indiqué que 12 missiles S-300 ont percuté des installations publiques, déclenchant un important incendie dans la région. Une personne a été tuée.

Le S-300 a été conçu à l’origine comme un missile sol-air à longue portée. La Russie a de plus en plus recours à des versions modifiées de l’arme pour frapper des cibles au sol.

Les avertissements de raid aérien du matin se sont étendus à tout le pays, renvoyant certains habitants dans des abris après des mois de calme relatif dans la capitale et dans de nombreuses autres villes. Cette accalmie antérieure avait conduit de nombreux Ukrainiens à ignorer les sirènes habituelles, mais les attaques de lundi leur ont donné une nouvelle urgence.

Outre les sirènes habituelles, les habitants de la capitale, Kyiv, ont été secoués tôt mardi par un nouveau type d’alarme sonore qui retentit automatiquement depuis les téléphones portables. L’alerte au son caustique était accompagnée d’un texte avertissant de la possibilité de frappes de missiles.

Le service d’urgence de l’État a annoncé que 19 personnes étaient mortes et que 105 autres avaient été blessées lors des frappes de missiles de lundi qui visaient des infrastructures critiques à Kyiv et dans 12 autres régions. Plus de 300 villes et villages étaient privés d’électricité, de la capitale ukrainienne jusqu’à Lviv, à la frontière avec la Pologne. De nombreuses attaques ont eu lieu loin des lignes de front de la guerre.

Alors que les forces ukrainiennes deviennent de plus en plus audacieuses après une série de succès sur le champ de bataille, un Kremlin acculé renforce la rhétorique de l’époque de la guerre froide et attise les inquiétudes selon lesquelles il pourrait élargir la guerre et attirer davantage de combattants.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Ryabkov, a averti mardi que l’assistance militaire occidentale à Kyiv, y compris la formation de soldats ukrainiens dans les pays de l’OTAN et la fourniture de données satellites en temps réel à l’Ukraine pour cibler les forces russes, a «de plus en plus attiré les nations occidentales dans le conflit».

M. Ryabkov a ajouté que «la Russie sera obligée de prendre des contre-mesures pertinentes, y compris des contre-mesures asymétriques». Il a déclaré que bien que la Russie ne soit pas «intéressée par un affrontement direct» avec les États-Unis et l’OTAN, «nous espérons que Washington et les autres capitales occidentales sont conscientes du danger d’une escalade incontrôlable».

L’avertissement de M. Ryabkov fait suite à l’annonce du président biélorusse Alexandre Loukachenko selon qui lui et son homologue russe Vladimir Poutine ont convenu de créer un «groupement régional de troupes» conjoint pour contrecarrer ce que M. Loukachenko a qualifié d’agression ukrainienne potentielle contre la Biélorussie.

L’état-major de l’armée ukrainienne a indiqué mardi qu’il n’avait pas vu de preuves de mouvements de troupes ou de renforcement des forces offensives en Biélorussie, mais a averti que la Russie pourrait continuer à frapper des «quartiers pacifiques» et des infrastructures critiques en Ukraine avec des missiles.

«L’ennemi n’est pas en mesure d’arrêter la contre-offensive réussie des Forces de défense dans les directions de Kharkiv et de Kherson; il essaie donc d’intimider et de semer la panique parmi la population ukrainienne», a déclaré l’état-major de l’armée.

L’Institut pour l’étude de la guerre, basé à Washington, a déclaré qu’il était peu probable qu’une force conjointe russo-biélorusse lance une attaque contre l’Ukraine depuis le nord.

Les analystes du groupe de réflexion ont estimé que la composante russe d’une telle force serait «probablement composée d’hommes ou de conscrits mobilisés à faible niveau de préparation qui ne constitueront probablement pas une menace militaire conventionnelle significative pour l’Ukraine».

L’une des utilisations de la force conjointe pourrait être de maintenir certaines troupes ukrainiennes embourbées autour de Kyiv pour défendre la capitale, les empêchant d’être déployées sur des fronts plus actifs où elles pourraient poursuivre leur contre-offensive, a indiqué l’Institut.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.