Ukraine: entre discours mobilisateur de Zelensky et contrôle russe par endroits

KYIV, Ukraine — Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré que personne ne sait combien de temps durera la guerre dans son pays, mais que les forces ukrainiennes défient les attentes en empêchant les troupes russes d’envahir l’est de l’Ukraine, où les combats sont les plus violents depuis des semaines.

Dans son discours vidéo nocturne, M. Zelensky s’est dit fier que les Ukrainiens aient réussi à freiner l’avancée russe dans la région du Donbass, frontalière de la Russie, et où les séparatistes soutenus par Moscou contrôlent une grande partie du territoire depuis huit ans.

«Rappelez-vous comment, en Russie, au début du mois de mai, ils espéraient s’emparer de tout le Donbass », a déclaré le président en fin de journée samedi.

«C’est déjà le 108e jour de la guerre, déjà le mois de juin et le Donbass tient le coup», a-t-il souligné.

Après avoir échoué à s’emparer de Kyiv, la capitale de l’Ukraine, au début de l’invasion, Moscou s’est efforcé de s’emparer des parties du Donbass, en grande partie russophone, encore aux mains de l’Ukraine, ainsi que de la côte sud du pays. Au lieu d’obtenir une prise de contrôle rapide et décisive, les forces russes ont été entraînées dans une longue et laborieuse bataille, en partie grâce à l’utilisation par l’armée ukrainienne d’armes fournies par l’Occident.

Les autorités ukrainiennes et russes ont déclaré que Sievierodonetsk, une ville de l’Est avec une population d’avant-guerre de 100 000 habitants, restait contestée. Celle-ci et la ville de Lysychansk sont les dernières grandes zones de la province de Lougansk dans le Donbass qui ne sont pas sous le contrôle des rebelles prorusses.

Leonid Pasechnik, le chef de la République populaire autoproclamée de Lougansk (prorusse), a déclaré que les combattants ukrainiens sont restés dans une zone industrielle de la ville, y compris une usine chimique où les civils avaient trouvé refuge après des jours de bombardements russes.

«Sievierodonetsk n’est pas entièrement libéré », a déclaré M. Pasechnik samedi, affirmant que les Ukrainiens bombardaient la ville de l’usine d’Azot. « Il est donc impossible de dire que la situation est calme à Sievierodonetsk, qu’elle est entièrement à nous.»

Le gouverneur de Lougansk, Serhii Haidai, a rapporté samedi qu’un grand incendie a éclaté à l’usine pendant les heures de bombardement russe.

Ailleurs en Ukraine, une contre-offensive a poussé les Russes hors de certaines parties de la région du sud de Kherson qu’ils ont pris au début de la guerre, selon le président Zelensky. Moscou a introduit des autorités locales à Kherson et dans d’autres zones côtières occupées, offrant aux résidents des passeports russes, diffusant des émissions de nouvelles russes et prenant des mesures pour introduire un programme scolaire russe.

Le président ukrainien a, pour sa part, déclaré que même si la fin de la guerre n’était pas en vue, l’Ukraine devrait faire tout ce qu’elle peut pour que les Russes «regrettent tout ce qu’ils ont fait».

«Qu’ils répondent de chaque meurtre et de chaque attaque contre notre bel État», a-t-il martelé.

Volodymyr Zelensky soutient que la Russie a subi environ trois fois plus de pertes militaires que le nombre estimé pour la partie ukrainienne.

Prenant la parole lors d’une conférence sur la défense à Singapour dimanche, le ministre chinois de la Défense, le général Wei Fenghe a déclaré que Beijing continue d’appuyer les pourparlers de paix entre la Russie et l’Ukraine. Il espère que les États-Unis et ses alliés de l’OTAN auront des discussions avec la Russie «pour créer les conditions d’un cessez-le-feu rapide ».

___

Avec la collaboration de David Rising à Bangkok.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.