Ukraine: le Razoni a été inspecté avec succès

KYIV, Ukraine — Le premier navire céréalier à quitter l’Ukraine dans le cadre d’un accord de guerre est entré dans le détroit du Bosphore en direction du Liban après que sa cargaison ait été vérifiée et approuvée mercredi, ont annoncé les autorités turques et ukrainiennes.

Une équipe d’inspection a passé environ 90 minutes à effectuer des contrôles à bord du Razoni, battant pavillon de la Sierra Leone, qui transportait du maïs ukrainien et mouillait au large d’Istanbul, a indiqué le ministère turc de la Défense.

L’équipe comprenait des responsables ukrainiens, russes, turcs et des Nations Unies, les parties à l’accord conclu le mois dernier pour créer des couloirs de navigation sûrs pour l’exportation des produits agricoles ukrainiens alors que l’invasion russe de son voisin se poursuit.

Des images diffusées sur Twitter par le ministère turc de la Défense nationale montraient un inspecteur inspectant la cale ouverte du Razoni et touchant le grain. La sirène du Razoni a retenti quand les inspecteurs ont quitté le navire. Les mécanismes détaillés de l’inspection n’ont pas été divulgués.

Le Razoni ― qui, selon les Nations Unies, transporte 26 527 tonnes de maïs ― a appareillé lundi du port d’Odessa, sur la côte ukrainienne de la mer Noire. Au départ d’Istanbul, il doit traverser le détroit du Bosphore, une voie navigable pittoresque de 30 kilomètres qui relie la mer Noire à la mer de Marmara, avant de naviguer vers le Liban, sa destination finale.

Les inspecteurs, certains portant des casques blancs, se sont dirigés vers le Razoni dans deux bateaux, escortés par les garde-côtes turcs. Les médias turcs ont indiqué qu’il y avait environ 20 inspecteurs.

Les contrôles visent à s’assurer que les navires sortants ne transportent que des céréales, des engrais ou des produits alimentaires connexes et non d’autres marchandises, et que les navires entrants ne transportent pas d’armes.

Le ministère ukrainien de l’Infrastructure a confirmé que le Razoni avait réussi l’inspection. Il a ajouté que 17 autres navires «sont chargés et attendent l’autorisation de quitter» les ports ukrainiens.

Quelque 27 navires attendaient dans trois ports ukrainiens avec du fret et des contrats signés, prêts à partir, selon le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric.

On ne savait pas quand ces navires pourraient mettre les voiles, bien que d’autres devraient quitter l’Ukraine dans les prochains jours. La Russie et l’Ukraine ont signé des accords séparés avec la Turquie et les Nations Unies le 22 juillet pour mettre fin à une impasse qui menaçait la sécurité alimentaire dans le monde.

La guerre en cours et la méfiance entre Kyiv et Moscou ont menacé de faire dérailler l’accord, qui doit expirer après 120 jours.

On estime que 20 millions de tonnes de céréales sont bloquées en Ukraine depuis le début de la guerre qui dure depuis six mois. L’accord négocié par l’ONU prévoyait la création de corridors sûrs à travers les eaux minées à l’extérieur des ports ukrainiens.

La plupart des céréales bloquées en Ukraine servent à nourrir le bétail, selon David Laborde, expert à l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires à Washington. Seulement six millions de tonnes sont du blé, et seulement la moitié est destinée à la consommation humaine, a-t-il dit. La cargaison du Razoni serait destinée à nourrir les poulets.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré que la reprise des exportations de céréales réduirait la capacité de la Russie à obtenir des concessions de l’Occident. «Ils perdent l’une des opportunités de terroriser le monde», a-t-il déclaré mardi soir dans son discours vidéo.

La guerre de la Russie contre l’Ukraine a également perturbé l’approvisionnement en énergie de l’Europe occidentale, Moscou réduisant considérablement les quantités qu’elle envoie et faisant craindre qu’elle décide de ne plus en envoyer du tout.

Pendant ce temps, le chef du nucléaire de l’ONU a averti que la plus grande centrale nucléaire d’Europe en Ukraine «est complètement hors de contrôle» et que des mesures urgentes sont nécessaires pour éviter un accident nucléaire.

Rafael Grossi, le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique, a déclaré mardi dans une entrevue à l’Associated Press que la situation devient chaque jour plus périlleuse à l’usine de Zaporijjia dans la ville d’Enerhodar, dans le sud-est, dont les troupes russes se sont emparées peu de temps après leur invasion de l’Ukraine le 24 février.

«Tous les principes de sûreté nucléaire ont été violés» à la centrale, a-t-il dit. Ce qui est en jeu est extrêmement grave et dangereux.»

Il a lancé un appel urgent à la Russie et à l’Ukraine pour permettre rapidement aux experts de visiter le complexe tentaculaire.

Pendant ce temps, les forces russes ont poursuivi leur bombardement de la ville de Mykolaïv, dans le sud de l’Ukraine, la frappant avec des obus à deux reprises au cours des dernières 24 heures – vers 21 h mardi et mercredi à 5 h, a rapporté Vitaliy Kim, le gouverneur de la région de Mykolaïv.

Le bombardement a endommagé une jetée, une entreprise industrielle, des bâtiments résidentiels, une coopérative de garages, un supermarché et une pharmacie, a précisé M. Kim. Il n’était pas immédiatement clair s’il y avait eu des victimes.

Mykolaïv est une ville portuaire du sud, un peu à égalité avec Odessa, et est située sur la mer Noire. Les Russes ont déclaré en avril qu’ils voulaient contrôler non seulement l’est, mais aussi le sud de l’Ukraine. La prise de contrôle d’Odessa et de Mykolaïv dans le sud leur donnera le contrôle de toute la côte de la mer Noire et d’un corridor terrestre vers la région séparatiste moldave de Transnistrie.

Dans l’est de l’Ukraine, des bombardements russes ont tué au moins quatre civils dans la province de Donetsk en 24 heures, a annoncé mercredi la présidence ukrainienne.

Au milieu de l’assaut incessant des forces de Moscou, M. Zelensky a donné l’ordre à tous ceux qui restaient dans la province assiégée d’évacuer dès que possible.

L’ordre vise à évacuer de 200 000 à 220 000 personnes de la province de Donetsk d’ici l’automne, selon des responsables.

Le gouverneur de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, a estimé qu’un nombre plus élevé de personnes ― 250 000 ― devrait partir, bien qu’il ait noté que de nombreux habitants hésitaient à s’en aller.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.