Ukraine: le retrait des forces russes de Kherson semble légitime

KYIV, Ukraine — Les responsables ukrainiens ont reconnu que les troupes russes n’avaient pas d’autre choix que de fuir une ville clé du sud, mais n’ont pas déclaré la victoire à Kherson jeudi, même après que Moscou ait déclaré qu’elle avait entamé une retraite qui représenterait une défaite humiliante dans cette guerre acharnée.

Il était difficile de savoir ce qui se passait dans la ville portuaire stratégique, d’où des dizaines de milliers de personnes ont fui ces dernières semaines. Certains observateurs occidentaux, dont l’officier militaire américain le plus haut gradé, ont déclaré qu’ils pensaient que les forces du Kremlin avaient été forcées de se retirer ― bien qu’un retrait complet puisse prendre un certain temps.

Les responsables ukrainiens ont averti pendant des semaines que toute annonce d’un retrait russe devrait être traitée avec scepticisme. Ils ont accusé Moscou de comploter pour attirer les troupes ukrainiennes dans une embuscade et ont déclaré que les soldats russes avaient enfilé des vêtements civils dans le but de se fondre dans la population de la ville.

Mais jeudi, le commandant en chef des forces armées ukrainiennes, Valeriy Zaluzhny, a assuré que «l’ennemi n’avait d’autre choix que de fuir», puisque l’armée de Kyiv a «détruit les voies logistiques et le système d’approvisionnement, perturbé le système de l’ennemi commandement militaire» dans la région.

Pourtant, il a précisé que l’armée ukrainienne ne pouvait pas confirmer ou nier que les forces russes se retiraient effectivement de Kherson, comme l’a rapporté jeudi le ministère russe de la Défense. Le ministère a déclaré qu’il y avait eu une «manœuvre d’unités du groupe russe» de l’autre côté du Dniepr où se trouve Kherson, un jour après avoir ordonné un retrait.

Mais un autre haut responsable ukrainien a offert une autre raison de se méfier de tout recul : le conseiller présidentiel Mykhailo Podolyak a affirmé que les forces russes avaient posé des mines dans tout Kherson, affirmant qu’elles voulaient en faire une «ville de la mort».

Moscou a pris Kherson peu après l’invasion du 24 février ― la seule capitale provinciale qu’elle ait capturée ―– et a illégalement annexé la région élargie du même nom en septembre.

Un retrait forcé de la ville marquerait l’un des pires revers de la Russie et la reprise de Kherson pourrait permettre à l’Ukraine de reconquérir des territoires perdus dans le sud, y compris la Crimée, dont Moscou s’est illégalement emparée en 2014. Un retrait russe est également presque certain d’augmenter la pression intérieure sur le Kremlin pour intensifier le conflit.

Les responsables ukrainiens ont été prudents tout au long de la guerre en déclarant toute victoire contre une force russe qui, au moins au début, les a dépassés en armements et en effectifs. Mais leur scepticisme pur et simple à l’égard de l’annonce du retrait de la Russie était inhabituel.

Le général de l’armée Mark Milley, président des chefs d’état-major interarmées des États-Unis, a déclaré un jour plus tôt qu’il pensait qu’une retraite était en cours.

«Les premiers indicateurs sont qu’ils le font en fait. Ils ont annoncé publiquement qu’ils le faisaient. Je crois qu’ils le font afin de préserver leur force pour rétablir les lignes défensives au sud du (Dniepr), mais cela reste à voir», a-t-il déclaré à l’Economic Club de New York.

Le général Milley a ajouté que la Russie avait massé entre 20 000 et 30 000 soldats à Kherson et qu’une retraite complète pourrait prendre plusieurs semaines.

Un analyste a noté que l’armée ukrainienne détruisait systématiquement les ponts et les routes depuis plusieurs mois, rendant impossible un transfert rapide des troupes russes d’un côté à l’autre du fleuve.

«La principale question est de savoir si les Ukrainiens donneront aux Russes la possibilité de se retirer calmement ou s’ils leur tireront dessus lors de la traversée vers la rive gauche, a dit l’analyste militaire ukrainien Oleh Zhdanov. Avec le retrait rapide des troupes, les Russes sont en grand danger. Les ponts sont en très mauvais état ― le personnel peut être transporté sur des bateaux, mais l’équipement ne doit être transporté que sur des barges et des pontons, ce qui est très facilement pilonné par l’armée ukrainienne.»

Un groupe de réflexion qui suit la guerre a également déclaré que le retrait semblait authentique.

«Il est peu probable que le retrait russe de la rive ouest du (Dniepr) soit un piège destiné à attirer les troupes ukrainiennes dans des combats coûteux près de la ville de Kherson, a écrit l’Institut pour l’étude de la guerre dans une mise à jour. (Nous avons) déjà observé de nombreux indicateurs indiquant que les forces, les ressources militaires et économiques et les éléments d’occupation russes se sont régulièrement retirés (…) et les responsables russes ont anticipé et préparé leur retrait d’une manière incompatible avec une campagne visant à tromper et à piéger les troupes ukrainiennes.»

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a également pris jeudi l’annonce de Moscou au pied de la lettre, la saluant. Mais le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, était plus prudent, insistant sur le fait que l’Occident devait attendre et voir «comment la situation sur le terrain évoluera dans les prochains jours».

«Mais ce qui est clair, c’est que la Russie est sous forte pression. Et si elle quitte Kherson, ce sera une autre victoire pour l’Ukraine», a-t-il déclaré lors d’un point de presse à Rome.

Pendant ce temps, le chef de la région de Donetsk, dans l’est de l’Ukraine, Pavlo Kyrylenko, a annoncé jeudi que trois civils avaient été tués dans la région et 12 autres blessés au cours des dernières 24 heures. Écrivant sur Telegram, le responsable a également rapporté que des agents des forces de l’ordre avaient retrouvé les corps de cinq personnes tuées lors de l’occupation russe de la ville de Yarova, qui a été reprise par l’Ukraine le 19 septembre.

Pendant la nuit, les forces russes ont pilonné la ville de Nikopol et les zones voisines à l’aide de plusieurs lance-roquettes et d’artillerie lourde, a déclaré le gouverneur de Dnipropetrovsk, Valentyn Reznichenko. Le bombardement a blessé une femme de 80 ans et endommagé 10 immeubles résidentiels, une station-service, un gazoduc et une ligne électrique.

La région voisine de Zaporijjia a également été bombardée jeudi matin, selon le chef adjoint du bureau présidentiel ukrainien Kyrylo Timochenko.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.