Ukraine: possible catastrophe humanitaire à Sievierodonetsk

POKROVSK, Ukraine — Un responsable régional ukrainien a mis en garde vendredi contre la détérioration des conditions de vie dans une ville capturée par les forces russes il y a deux semaines, affirmant que Sievierodonetsk est sans eau, sans électricité et sans système d’égouts en état de marche, tandis que les corps se décomposent dans des immeubles d’habitation où il fait une chaleur accablante.

Le gouverneur Serhiy Haidai a accusé les Russes de lancer des barrages d’artillerie aveugles alors qu’ils tentent de sécuriser leurs gains dans la province de Louhansk, dans l’est de l’Ukraine. Cette semaine, Moscou a revendiqué le contrôle total de Louhansk, mais le gouverneur et d’autres responsables ukrainiens ont répliqué que leurs troupes conservaient une petite partie de la province.

«Louhansk n’a pas été complètement capturée, même si les Russes ont engagé tout leur arsenal pour atteindre cet objectif, a dit M. Haidai à l’Associated Press. Des batailles féroces se déroulent dans plusieurs villages à la frontière de la région. Les Russes comptent sur les chars et l’artillerie pour avancer.»

Les forces russes «frappent tous les bâtiments qui, selon elles, pourraient être une position fortifiée, a-t-il ajouté. Elles ne sont pas arrêtées par le fait que des civils sont là et qu’ils meurent dans leurs maisons et leurs cours. Elles continuent de tirer.»

Sievierodonetsk, quant à elle, «est au bord d’une catastrophe humanitaire», a écrit le gouverneur sur les réseaux sociaux. «Les Russes ont complètement détruit toutes les infrastructures critiques, et ils sont incapables de réparer quoi que ce soit.»

Louhansk est l’une des deux provinces qui composent le Donbass, une région de mines et d’usines où les séparatistes pro-Moscou ont combattu l’armée ukrainienne pendant huit ans et déclaré des républiques indépendantes que le président russe Vladimir Poutine a reconnues avant d’envoyer des troupes en Ukraine.

Après avoir affirmé avoir pris le contrôle total de Louhansk, M. Poutine a annoncé que les forces russes auraient une chance de se reposer et de récupérer, mais d’autres parties de l’est de l’Ukraine ont subi des bombardements soutenus. Le dirigeant russe a averti Kyiv qu’il devrait rapidement accepter les conditions de Moscou ou se préparer au pire.

«Tout le monde devrait savoir que, dans l’ensemble, nous n’avons même pas encore commencé quoi que ce soit de sérieux», a déclaré M. Poutine jeudi lors d’un entretien avec les dirigeants du parlement contrôlé par le Kremlin.

Le bureau présidentiel ukrainien a annoncé vendredi qu’au moins 12 civils avaient été tués et 30 autres blessés par des bombardements russes au cours des dernières 24 heures. Deux villes de Donetsk ― l’autre province du Donbass ― ont subi le barrage le plus violent, avec six morts et 21 blessés.

Dans le nord-est de l’Ukraine, quatre autres personnes ont été tuées et neuf ont été blessées à Kharkiv, la deuxième ville du pays, où des bombardements russes ont touché des zones résidentielles.

Commentant la déclaration inquiétante de M. Poutine, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a expliqué que le dirigeant russe réagissait aux déclarations du gouvernement ukrainien et de ses alliés occidentaux concernant la défaite de la Russie sur le champ de bataille.

«Le potentiel de la Russie est si grand que seule une petite partie de celui-ci a été utilisée dans l’opération militaire spéciale, a déclaré M. Peskov aux journalistes vendredi. Et donc les déclarations occidentales sont tout à fait absurdes et ne font qu’ajouter au chagrin du peuple ukrainien.»

Dans d’autres développements, le parlement allemand a approuvé à une écrasante majorité les demandes d’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.