Ukraine: trois corps sont retrouvés dans les décombres d’une école

KYIV, Ukraine — Des secouristes ukrainiens ont récupéré trois corps dans une école touchée par une frappe russe dans l’est du pays, ont annoncé vendredi des responsables, alors que les attaques se poursuivaient dans plusieurs régions du pays.

Les victimes signalées font suite à un tir de barrage, jeudi, sur une zone densément peuplée de la deuxième plus grande ville d’Ukraine, Kharkiv, qui a tué au moins trois personnes et en a blessé 23 autres.

Dans un rare signe d’espoir, la signature était attendue vendredi d’un accord qui permettrait à l’Ukraine de reprendre ses expéditions de céréales à travers la mer Noire et à la Russie d’exporter des céréales et des engrais.

Au-delà de cela, cependant, il n’y avait aucune indication de ralentissement de la guerre. La Russie a réitéré cette semaine son intention de s’emparer de territoires au-delà de l’est de l’Ukraine, où l’armée russe tente depuis des mois de conquérir la région du Donbass.

Le bureau du président ukrainien a indiqué qu’à Kramatorsk, dans la province de Donetsk, des bombardements russes ont détruit une école et endommagé 85 bâtiments résidentiels.

L’agence nationale ukrainienne des urgences a révélé avoir terminé les opérations à l’école, qui a été touchée jeudi, et avoir trouvé trois corps.

«Les frappes russes contre les écoles et les hôpitaux sont très douloureuses et reflètent son véritable objectif de réduire en ruines des villes paisibles», a déclaré le gouverneur de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, dans une allocution télévisée, réitérant son appel aux habitants à évacuer.

Le porte-parole du ministère russe de la Défense, le lieutenant-général Igor Konashenkov, a toutefois assuré que la frappe russe avait tué plus de 300 soldats ukrainiens qui utilisaient l’école de Kramatorsk comme base. Il a déclaré qu’une autre frappe avait détruit un dépôt de munitions dans la zone industrielle de la ville méridionale de Mykolaïv.

M. Konashenkov a également dit que les forces russes avaient détruit quatre lance-roquettes multiples HIMARS fournis par les États-Unis entre le 5 et le 20 juillet. Les États-Unis ont annoncé avoir fourni 12 systèmes HIMARS et compter en livrer quatre autres.

Les affirmations n’ont pas pu être vérifiées de manière indépendante. Un haut responsable américain de la Défense, qui a informé les journalistes sous couvert d’anonymat conformément aux règles du département, a dit jeudi que la Russie n’avait pas encore neutralisé un seul système HIMARS, mais qu’il est probable qu’elle «aura de la chance» et qu’elle le fera à un moment donné.

L’armée ukrainienne a utilisé le système HIMARS, qui a une portée plus élevée et une meilleure précision par rapport aux systèmes similaires de l’ère soviétique dans l’inventaire russe et ukrainien, pour frapper les dépôts de munitions russes et d’autres cibles clés.

Dans la région de Dnipro, au centre de l’Ukraine, trois écoles ont été détruites lors des dernières frappes russes, ont indiqué les autorités ukrainiennes. Sept missiles russes ont touché la petite ville d’Apostolove dans la région de Dnipro, blessant 18 habitants.

Le gouverneur régional Valentyn Reznichenko a dénoncé l’attaque «insensée», affirmant qu’«il n’y a pas d’objectifs militaires et ce bombardement ne peut s’expliquer que par leur désir de garder les gens sur les nerfs et de semer la panique et la peur».

Dans d’autres développements vendredi:

– Le ministère britannique de la Défense a dit croire que la Russie connaissait des «pénuries critiques» de missiles d’attaque au sol dédiés et qu’elle a augmenté son utilisation de missiles de défense aérienne «en mode d’attaque au sol secondaire» à cause de cela. Il a ajouté que la Russie avait «presque certainement» déployé des systèmes de défense aérienne stratégiques S-300 et S-400 conçus pour abattre des avions et des missiles à longue portée, et qu’il y avait «de fortes chances» qu’ils ratent leurs cibles et faisant des victimes civiles.

– Un haut responsable américain de la Défense a déclaré que la lutte pour Donetsk «devrait durer tout l’été», la Russie réalisant des gains lents à un coût élevé. Le responsable a ajouté que la Russie tire actuellement des dizaines de milliers de coups d’artillerie par jour, mais qu’elle a utilisé beaucoup de «munitions plus intelligentes» et que ça «ne peut pas continuer indéfiniment».

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.