Ultima: les cadres unilingues prendront des cours de français

MONTRÉAL – Le chef de la direction d’Agropur a présenté ses excuses, dimanche, pour avoir «laissé croire» qu’il sous-estimait l’importance du français dans les communications avec les employés.

Le syndicat représentant les employés de l’usine Aliments Ultima, qui produit le yogourt Iögo, a déploré que le vice-président aux opérations, Dan Jewell, soit incapable de s’adresser aux employés en français.

La question a fait surface mercredi à la conférence de presse suivant la 77e assemblée d’Agropur — qui se déroulait à huis clos —, mais elle n’a pas semblé déranger le chef de la direction de la coopérative, Robert Coallier.

Il a répondu qu’Agropur et Ultima étaient «des entreprises de taille internationale» qui engageaient des gens pour leurs compétences et non pour leur langue.

Agropur et Agrifoods détiennent à parts égales Aliments Ultima, qui exploite également une usine en Colombie-Britannique.

Dans un communiqué publié dimanche, le président d’Aliments Ultima, Martin Parent, a reconnu que l’utilisation du français dans l’entreprise a connu «des faiblesses» et assuré que les cadres concernés commenceraient immédiatement à suivre des cours de français.

«Nous nous assurerons dorénavant d’embaucher des cadres qui, s’ils travaillent au Québec, puissent communiquer adéquatement en français», a-t-il affirmé.

«Je suis désolé que mes propos du 10 février aient laissé croire que je sous-estimais l’importance de la langue française dans les communications avec les employés, a dit M. Coallier. (…) Nous ne ferons pas de compromis quant au respect du français comme langue de travail au Québec.»

À la suite du débat soulevé en conférence de presse, la ministre responsable de la Charte de la langue française, Hélène David, avait invité les chefs de l’entreprise à apprendre le français.