Un 14e juré sélectionné au procès de l’ex-policier accusé du meurtre de George Floyd

MINNEAPOLIS — Un 14e juré a été sélectionné lundi pour le procès d’un ancien policier de Minneapolis accusé du meurtre de George Floyd. Le jury est maintenant presque complet avant les déclarations d’ouverture de la semaine prochaine.

La nouvelle jurée est une travailleuse sociale blanche d’une vingtaine d’années qui a dit qu’elle avait parlé avec des amis de la réforme de la police et qu’elle pensait qu’«il y a des choses qui devraient être changées». Mais elle a également décrit la police et son travail comme importants et a déclaré qu’elle «examinait toujours tous les aspects des choses».

D’autres jurés potentiels ont été remerciés plus tôt dans la journée.

Le juge du comté de Hennepin, Peter Cahill, a affirmé vendredi qu’il souhaitait sélectionner 15 jurés, dont 12 pour délibérer et trois suppléants qui ne délibéreront qu’en cas de besoin. Mais le tribunal a également laissé savoir que jusqu’à 16 jurés pourraient être choisis.

George Floyd, un homme noir, est mort le 25 mai après que le policier Derek Chauvin, qui est Blanc, eut pressé son genou sur son cou pendant environ neuf minutes. M. Floyd était menotté et répétait qu’il ne pouvait pas respirer.

Sa mort, captée sur une vidéo de témoins qui a largement circulé, a déclenché des semaines de manifestations parfois violentes à travers le pays et conduit à une réflexion nationale sur la justice raciale.

Vendredi, le juge Cahill a refusé une demande de la défense visant à retarder ou déplacer le procès de Derek Chauvin, ses avocats craignant qu’un règlement à l’amiable de 27 millions $ US pour la famille de George Floyd n’ait contaminé le groupe de jurés.

Le juge Cahill, qui a qualifié le moment choisi de «malheureux», croit qu’un retard ne ferait rien pour endiguer le problème de la publicité préalable au procès, et qu’il n’y a pas de place dans l’État du Minnesota à l’abri de cette publicité.

Dans une autre décision importante vendredi, le juge a accordé une victoire à la défense en statuant que le jury pouvait entendre les preuves de l’arrestation de George Floyd en 2019, mais uniquement de possibles informations relatives à la cause de sa mort. Il a reconnu plusieurs similitudes entre les deux interventions, notamment le fait que M. Floyd ait avalé de la drogue après que la police l’eut confronté.

Le juge avait précédemment déclaré que l’arrestation antérieure ne pouvait pas être admise, mais il a reconsidéré sa décision après la découverte de drogue en janvier lors d’une deuxième fouille de la voiture de la police dans laquelle les quatre agents ont tenté de placer M. Floyd l’année dernière. La défense fait valoir que la consommation de drogue de M. Floyd contribué à sa mort.

Le médecin légiste du comté a classé la mort de M. Floyd comme un homicide dans un premier résumé qui disait qu’il «avait eu un arrêt cardio-pulmonaire alors qu’il était retenu par la police». L’homme a été déclaré mort dans un hôpital à quatre kilomètres de l’endroit où il était immobilisé.

Le rapport complet indique qu’il est décédé «d’un arrêt cardio-pulmonaire, compliqué par la soumission, la contention et la compression du cou des forces de l’ordre». Un rapport de synthèse a répertorié l’intoxication au fentanyl et l’utilisation récente de méthamphétamine sous «autres conditions importantes», mais pas sous «cause de décès».

– Par Steve Karnowski et Amy Forliti, The Associated Press

Laisser un commentaire