Un alpiniste québécois fait une chute mortelle sur la montagne K2 au Pakistan

Un Québécois à la tête d’une expédition internationale d’alpinisme sur la montagne K2, au Pakistan, a fait une chute mortelle, ont annoncé samedi un représentant du Club alpin du Pakistan et la page Facebook de l’expédition.

Serge Dessureault est décédé tôt samedi matin alors qu’il essayait d’atteindre le sommet de la montagne de 8611 mètres située dans le nord du Pakistan, a affirmé Karrar Haidri, le secrétaire du Club.

M. Dessureault dirigeait une expédition baptisée «K2-Broad Peak» et comptant neuf membres, dont les Québécois Maurice Beauséjour et Nathalie Fortin.

Sur la page Facebook de l’expédition, un message révèle que l’alpiniste âgé de 53 ans «a fait une chute près du camp 2 à 6700 mètres d’altitude» à 9 h 25, heure locale (0 h 25, HAE).

Le message précise que le corps de Serge Dessureault, qui travaillait comme pompier au Service de sécurité incendie de Montréal (SIM) depuis près de 30 ans, a été retrouvé.

M. Haidri a ajouté que la dépouille avait été transportée au camp de base de la montagne et serait plus tard acheminée vers Islamabad, la capitale du Pakistan.

À la suite de ce drame, les huit autres alpinistes du groupe ont décidé de mettre un terme à l’aventure et de rentrer au bercail, a révélé Claude Beauséjour, le frère de Maurice, en entrevue avec La Presse canadienne.

«Il m’a appelé à 5 h ce matin pour m’apprendre la triste nouvelle», a confié Claude Beauséjour, qui a dû lui-même annoncer la mort de Serge au frère de ce dernier afin qu’il en informe la femme et les enfants du défunt alpiniste.

Claude Beauséjour n’avait pas de détails sur les circonstances du décès, mais a souligné que son frère et M. Dessureault étaient très prudents et ne prenaient jamais de risques inutiles.

Dans un communiqué, la direction du SIM et la mairesse de Montréal, Valérie Plante, ont offert leurs condoléances aux proches et amis du disparu.

«C’est avec une grande tristesse et un immense regret que nous avons appris le décès de notre collègue Serge Dessureault, capitaine à la caserne 19, peut-on y lire. La direction du SIM a toujours appuyé avec fierté les nombreuses expéditions du capitaine Dessureault.»

Samedi, les amis de M. Dessureault ont rendu hommage à l’homme passionné et inspirant qu’il était.

Disant être «sous le choc», François Longpré, ambulancier chez Urgences-santé et amateur de course à pied, a salué l’alpiniste, disant qu’il continuerait toujours de l’inspirer «tant au point de vue professionnel que sportif».  

Yanick St-Martin, un pompier de Longueuil qui avait fait la connaissance de Serge Dessureault, il y a environ un an, par l’entremise d’amis communs, a pour sa part déploré la perte d’un «mentor».

«C’est vraiment lui qui m’a communiqué la passion de l’alpinisme», a expliqué M. St-Martin en entrevue téléphonique depuis les Rocheuses, où il s’est rendu sur les conseils de M. Dessureault.

L’alpiniste chevronné conseillait l’apprenti en vue d’une expédition que ce dernier compte faire sur le mont Everest l’an prochain.

«Serge me disait de vraiment prendre mon temps, d’être prêt, d’être à l’affût des moindres dangers, mais de suivre ma passion. Il disait aussi que c’était toujours la montagne qui avait le dernier mot. Et dans son cas, c’est malheureusement ce qui s’est passé», a commenté Yanick St-Martin.

La montagne K2 est considérée comme étant très ardue à grimper et est réputée pour ses conditions météorologiques difficiles.