Un antibiotique québécois aide à pallier la pénurie de médicaments pédiatriques

MONTRÉAL — L’entreprise pharmaceutique Mantra Pharma a récemment mis en marché le tout premier médicament générique de l’antibiotique CLAVULIN, offrant un approvisionnement significatif dans un contexte de pénurie de médicaments pédiatriques à l’échelle canadienne.

Ce produit composite formé d’amoxicilline et d’acide clavulanique est généralement utilisé pour traiter les bronchites, les pneumonies et les otites chez les enfants. Aucune alternative équivalente au médicament de référence n’était offerte jusqu’ici.

Selon Maxime Deslauriers, vice-président au développement des affaires scientifiques chez Mantra Pharma, près de 82 000 unités ont été distribuées sur le marché canadien au cours des mois de novembre et de décembre.

«En deux mois, on a été capables de fournir la moitié de la demande régulière pancanadienne. D’ici la fin février, on espère avoir mis en vente l’équivalent de l’entièreté du marché du pays, qui est d’environ 200 000 unités annuellement», a-t-il souligné en entrevue.

En développement depuis quatre ans, le M-Amoxi Clav a finalement été approuvé par Santé Canada au cours de l’année 2022, ce qui représente «le meilleur des mondes» pour l’entreprise, a soutenu M. Deslauriers.

«Les pharmaciens étaient mal pris, parce que c’est un produit qui est hautement efficace. Ça créait aussi un problème au niveau des hôpitaux pour enfants, surtout avec les virus respiratoires qui sont en hausse partout au pays», a-t-il raconté, ajoutant que Mantra Pharma était «très fière» de soutenir les Canadiens en période d’incertitude.

Un approvisionnement instable

GSK, l’entreprise pharmaceutique qui produit le médicament original, est actuellement aux prises avec «beaucoup de problèmes», a soutenu le vice-président, ce qui contribue à renforcer la présence de Mantra Pharma sur le marché canadien.

«Ils ont un approvisionnement intermittent, et ça n’a pas l’air de vouloir se résorber prochainement. À l’opposé, on est vraiment en contrôle par rapport à notre chaîne d’approvisionnement, et on a pu augmenter de façon significative la quantité qu’on pouvait produire», a-t-il précisé.

Il a ajouté que le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) avait contacté l’entreprise à l’aube de la pénurie, étant «un peu pris au dépourvu» devant la demande croissante.

«Ils nous ont transféré les quantités nécessaires pour les prochains mois, et on va pouvoir les dépanner», a assuré Maxime Deslauriers.

Rejoint par courriel, le MSSS a déclaré que la demande en antibiotiques en formats pédiatriques était forte depuis l’automne dernier, notamment en raison de la recrudescence de virus comme l’influenza et le virus respiratoire syncytial. Le ministère a affirmé qu’il travaillait de concert avec ses différents partenaires pour s’assurer de maintenir «un approvisionnement adéquat des médicaments essentiels».

«Dans un contexte de rareté de certains produits, le MSSS s’assure avec la collaboration des chefs de département de pharmacie des établissements et du centre d’acquisitions gouvernementales de procéder à des achats stratégiques pour répondre à la demande au cours des prochains mois. Pour des raisons stratégiques, nous ne pouvons donner davantage de détails», pouvait-on lire dans le courriel.

Si Mantra Pharma opère principalement au Québec, elle souhaite étendre la disponibilité du M-Amoxi Clav à travers l’ensemble du pays, en particulier dans les zones fortement affectées par la pénurie de médicaments pédiatriques.

Installée au Québec depuis 2006, l’entreprise pharmaceutique vise à créer d’autres médicaments génériques dans le futur, en plus de se démarquer des nombreux compétiteurs de l’industrie.

«Si on est quinze entreprises à travailler sur les mêmes molécules et qu’on doit tous les vendre au même prix, c’est difficile de se faire une place, a souligné M. Deslauriers. […] On veut concentrer nos efforts sur le développement de premiers génériques, en essayant de dénicher le petit produit qui est peut-être regardé de haut par certaines grosses compagnies».

Mantra Pharma développe et commercialise des médicaments génériques, des produits de santé naturels et des produits pharmaceutiques en vente libre, en plus de distribuer ses propres marques dans les pharmacies québécoises et canadiennes.

«On n’a pas de champs thérapeutiques dédiés chez Mantra, on va où l’opportunité se trouve», a résumé Maxime Deslauriers.

Cet article a été produit avec le soutien financier des Bourses Meta et La Presse canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.