Un arsenal de guerre perquisitionné chez un homme de L’Ancienne-Lorette

QUÉBEC — Un homme de L’Ancienne-Lorette, près de la ville de Québec, fait face à plusieurs chefs d’accusation après que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) eut trouvé un véritable arsenal de guerre dans sa résidence.

C’est une interception effectuée par l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) d’un colis adressé à Karl Maheux, qui a mené la GRC à perquisitionner la résidence de l’homme de 47 ans, vendredi dernier.

Le colis contenait un silencieux destiné à étouffer le son d’une arme à feu.

En perquisitionnant le domicile de l’individu, la GRC a saisi une dizaine de bombes artisanales, une substance réactive ainsi que plusieurs produits chimiques dont du nitrate de potassium, des armes à feu de divers calibres, des silencieux, des chargeurs, une très grande quantité de munitions et des armes prohibées, dont des armes blanches semblables à des poings américains.

Des artificiers de la Sûreté du Québec (SQ), du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) et du Service de protection contre l’incendie de Québec (SPCIQ) ont collaboré à la perquisition afin «d’assurer la sécurité du public». La GRC a précisé que plusieurs résidences avaient été évacuées «en raison des risques d’explosion des substances retrouvées sur place.»

Karl Maheux a comparu dimanche par visioconférence et a été libéré sous certaines conditions.

Il devra comparaître au palais de justice de Québec le 19 mars pour faire face à des chefs d’accusation de possession de dispositifs prohibés sans être titulaire d’un permis ainsi que d’entreposage négligent d’une arme à autorisation restreinte. 

La GRC a précisé que d’autres chefs d’accusation pourraient s’ajouter, car les preuves sont «toujours sous analyse».