Un audit sera effectué sur les résultats de l’élection présidentielle en Géorgie

ATLANTA — Le secrétaire d’État de la Géorgie a annoncé mercredi la tenue d’un audit sur les résultats de l’élection présidentielle qui, dit-il, déclenchera un recomptage complet, à la main.

Le secrétaire d’État Brad Raffensperger a déclaré lors d’une conférence de presse que son bureau souhaitait que le processus commence d’ici la fin de la semaine. Il s’attend à ce qu’il s’étende jusqu’au 20 novembre, date limite de certification de l’élection.

Le président désigné Joe Biden mène le président Donald Trump par environ 14 000 voix sur près de 5 millions de votes dans l’État. Presque tous les bulletins de vote ont été comptés, bien que les comtés aient jusqu’à vendredi pour certifier leurs résultats.

Une fois la certification dans les comtés terminée et avant que l’État certifie les résultats, le décompte doit faire l’objet d’un audit. C’est à M. Raffensperger de choisir les courses à auditer.

L’audit est une nouvelle exigence mise en place par une loi votée en 2019, qui prévoyait aussi le déploiement de nouvelles machines à voter achetées l’année dernière. L’État a choisi de faire un audit limitant les risques, dans lequel un échantillon aléatoire de bulletins de vote ou de reçus générés par des machines à voter est vérifié par rapport aux résultats produits par un équipement de comptage des votes pour en vérifier l’exactitude.

M. Raffensperger a choisi d’effectuer un audit sur la course présidentielle, qui se traduira par un recomptage manuel complet, a-t-il indiqué.

Interrogé à savoir s’il avait choisi la course présidentielle pour répondre à la demande de la campagne Trump de dépouiller les votes à la main, le secrétaire d’État a répondu par la négative.

«Nous faisons cela parce que c’est vraiment ce qui est le plus sensé avec l’importance nationale de cette course et l’étroitesse de cette course», a-t-il affirmé.

Pour le recomptage manuel, les employés électoraux travailleront avec les bulletins de vote en papier par lots, en les divisant en piles pour chaque candidat. Ensuite, ils passeront les piles dans des machines pour compter le nombre de bulletins de vote pour chaque candidat. Les machines ne liront pas les données sur les bulletins de vote, elles les compteront tout simplement.

M. Raffensperger a assuré que le processus aura «beaucoup de surveillance», les deux parties ayant la possibilité d’observer.

Une fois que les résultats du recomptage manuel seront certifiés, la campagne perdante pourrait alors demander un autre recomptage, qui sera effectué par des scanneurs qui liront et compteront les votes, a expliqué M. Raffensperger.

Il n’y a pas de loi de recomptage obligatoire en Géorgie, mais la loi de l’État prévoit cette option si la marge est inférieure à 0,5 point de pourcentage. L’avance de Joe Biden était de 0,28 point de pourcentage mercredi matin.

Le représentant américain Doug Collins, un républicain de la Géorgie qui dirige les efforts juridiques de M. Trump dans l’État, a parlé de l’audit comme d’un «premier pas». Il a souligné que la campagne Trump avait demandé un recomptage manuel.

«C’est une victoire pour l’intégrité, a-t-il soutenu. C’est une victoire pour la transparence.»

Laisser un commentaire