Un autre candidat abandonne la course à la chefferie conservatrice

OTTAWA — Comme l’homme d’affaires québécois Rudy Husny l’avait fait la veille, l’Albertain Rick Peterson s’est retiré vendredi de la course à la chefferie des conservateurs fédéraux, devant le refus des instances du parti d’ajuster les règles pour tenir compte de la crise du coronavirus.

M. Peterson soutient qu’il se voit forcé de se retirer parce que le parti ne veut pas reporter la date butoir pour recueillir des signatures de membres et verser de coûteux frais d’inscription.

Il estime que la collecte de fonds et de signatures ont été «gravement entravées» alors que les Canadiens sont invités à la distanciation sociale et que plusieurs éprouvent des ennuis financiers. L’homme d’affaires d’Edmonton estime que la décision du parti va à l’encontre du bon sens, de la décence et des valeurs conservatrices.

Les candidats ont jusqu’au 25 mars — mercredi prochain — pour verser 300 000 $ en frais d’inscription et soumettre une liste de 3000 signatures; les instances du parti ont jusqu’ici refusé de modifier ce calendrier, coronavirus ou pas.

L’ancien ministre Peter MacKay et le député Erin O’Toole ont déjà rempli les exigences de cette deuxième étape, tout comme l’avocate de Toronto Leslyn Lewis et le député conservateur Derek Sloan.

Une autre candidate pressentie, la députée ontarienne Marilyn Gladu, a déjà demandé aux instances du parti de reporter le vote à la direction, prévu le 27 juin.

Rudy Husny, seul Québécois qui était toujours dans la course, a lui aussi annoncé, jeudi, qu’il jetait l’éponge, frustré de la décision du comité organisateur de ne pas modifier le calendrier en raison de la crise de la COVID-19.

«Je n’ai pas le coeur d’appeler nos membres pour leur demander d’appuyer ma nomination et de financer ma campagne durant cette crise nationale, a-t-il écrit. Je ne serais pas fidèle à mes valeurs si je continuais cette campagne.»

Les plus populaires