Un avocat de Matthew Raymond témoigne au procès pour quatre meurtres

FREDERICTON — Un avocat de Matthew Raymond a déclaré jeudi que son client, accusé de quatre meurtres au Nouveau-Brunswick, avait demandé à plusieurs reprises d’être libéré et a souvent refusé d’écouter ses avis juridiques lors de leurs entretiens en 2019.

Me Alex Pate est revenu jeudi à la barre des témoins pour discuter des enregistrements vidéo et audio des comparutions au tribunal ainsi que des entretiens avec son client.

Matthew Raymond, âgé de 50 ans, est accusé du meurtre au premier degré de Donnie Robichaud et Bobbie Lee Wright, ainsi que des policiers de Fredericton Robb Costello et Sara Burns, en août 2018.

Dans plusieurs enregistrements, il accuse les avocats et le juge de travailler contre lui et demande qu’ils soient tous arrêtés.

L’avocat de la défense Nathan Gorham a montré aux jurés des notes manuscrites que M. Raymond avait remises à Me Pate. Le témoin a déclaré au jury que M. Raymond avait qualifié ces notes de «documents juridiques» traitant d’une ordonnance de non-publication et de quelque chose appelé «SWEN» — «nouvelles», en anglais, écrit à l’envers.

L’avocat de la défense a déclaré aux jurés que lors d’une réunion avec M. Raymond, l’accusé voulait des vêtements parce qu’il croyait être bientôt libéré. L’accusé soutient aussi qu’il dispose de millions de dollars à la banque, et qu’il pourrait changer de prénom et déménager dans une autre province où il ne serait pas reconnu.

La défense a déjà admis que Matthew Raymond avait tué les quatre victimes; elle tente de prouver qu’il ne devrait pas être déclaré criminellement responsable, pour cause de trouble mental.

Les jurés ont aussi entendu jeudi l’enregistrement d’une rencontre entre M. Raymond et ses avocats dans une pièce du palais de justice de Fredericton. M. Raymond dit à Me Gorham de «la fermer» et soutient que ses avocats sont contre lui.

Les jurés ont par ailleurs visionné l’enregistrement d’une audience pour déterminer l’état mental de l’accusé, en octobre 2019. «Libérez-moi! Il n’y aura pas de procès pour moi!», lance Matthew Raymond. «Les nouvelles sont contre moi, gracieuseté de Trudeau.»

En contre-interrogatoire, Me Pate a témoigné que le contenu de l’ordinateur de l’accusé avait changé au fil du temps, passant du cyclisme et des armes à feu, en 2015 et 2016, aux problèmes d’immigration, au printemps de 2017.

L’avocat a déclaré que vers le mois de mai 2017, M. Raymond avait commencé à visionner du contenu sur les théories du complot et les canulars, et commencé à discuter avec des personnes en ligne qui partageaient son point de vue sur la présence de démons dans la société.

Le procès se poursuit vendredi.

Laisser un commentaire