Un Cambodgien capture la plus grosse pastenague jamais pêchée

BANGKOK — Le plus gros poisson d’eau douce jamais pêché a été capturé, puis relâché, dans le fleuve Mékong, au Cambodge, selon des scientifiques cambodgiens et américains.

La pastenague géante capturée le 13 juin mesurait près de quatre mètres du bout du nez jusqu’au bout de la queue, et pesait un peu plus de 300 kilos, selon un communiqué publié lundi par le projet de recherche américano-cambodgien Wonders of the Mekong.

L’ancien record pour un poisson d’eau douce était un poisson-chat de 293 kilos pêché en 2005, lui aussi dans le Mékong, mais cette fois en Thaïlande, selon le groupe.

La pastenague a été capturée par un pêcheur local au sud de Stung Treng, dans le nord-est du Cambodge. Le pêcheur a informé des chercheurs de Wonders of the Mekong.

Les scientifiques sont arrivés quelques heures plus tard et ont été épatés par ce qu’ils ont vu.

«Oui, quand tu vois un poisson de cette taille, surtout en eau douce, c’est difficile à comprendre, donc je pense que toute l’équipe était stupéfaite», a dit le patron de Wonders of the Mekong, Zeb Hogan.

Il a ajouté qu’il est de «bon augure» qu’un poisson puisse encore atteindre cette taille dans le Mékong, puisque le fleuve fait face à plusieurs menaces environnementales, comme la construction d’un nouveau barrage qui pourrait nuire aux zones de reproduction.

«Les gros poissons sont menacés à travers le monde. Ces espèces ont une grande valeur économique. Ils mettent beaucoup de temps à arriver à maturité. Donc si on les pêche avant leur maturité, ils n’ont pas la chance de se reproduire, a expliqué M. Hogan. Plusieurs de ces gros poissons sont migratoires, donc ils ont besoin de grands territoires pour survivre. Ils souffrent de voir leurs habitats fragmentés, par exemple par des barrages, et aussi, évidemment, de la surpêche. Environ 70 % des poissons d’eau douce de la planète sont menacés d’extinction, et toutes les espèces du Mékong le sont.»

L’équipe qui s’est rendue sur place a attaché un petit dispositif de suivi près de la queue de la pastenague avant de la relâcher. L’appareil transmettra des données pendant un an, fournissant des données sur le comportement des pastenagues dans le centre du Cambodge.

«Nous comprenons très mal la pastenague géante. Son nom, et même son nom scientifique, a changé à plusieurs reprises au cours des 20 dernières années, a dit M. Hogan. On la retrouve à travers l’Asie du Sud-Est, mais on ne sait presque rien à son sujet. On ne sait rien de sa vie. On ne sait rien de son écologie, de sa migration.»

Les chercheurs disent qu’il s’agit de la quatrième pastenague géante rapportée dans la même région depuis deux mois. Ils pensent qu’il pourrait s’agir d’un site de reproduction pour l’espèce.

Les résidents locaux ont baptisé la pastenague «Boramy», pour «Pleine lune», en raison de sa forme ronde et parce que la lune flottait à l’horizon au moment de sa remise en liberté le 14 juin.

En plus de l’honneur d’avoir établi un record, le pêcheur chanceux a été compensé selon la valeur du marché et a reçu l’équivalent de 600 $ US.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.