Un Canadien accusé d’avoir enlevé son fils en 1987, retrouvé au Connecticut

HARTFORD, Conn. — Un fugitif canadien accusé d’avoir enlevé son fils, il y a plus de 31 ans, a été arrêté vendredi au Connecticut, où il vivait sous un pseudonyme dans une paisible banlieue.

Des agents fédéraux américains disent avoir finalement mis la main sur Allan Mann Jr. grâce à une information fournie par l’un de ses proches.

Il a comparu brièvement devant un tribunal fédéral, vendredi, à Hartford. Selon le quotidien «Hartford Courant», son fils maintenant adulte, Jermaine, sanglotait doucement dans la salle, la tête entre ses mains, et a quitté le palais de justice sans émettre de commentaire. Jermaine Mann croyait depuis plusieurs décennies que sa mère était décédée, rapporte le journal local.

Allan Mann a été accusé et placé en détention pour avoir fait de fausses déclarations au département américain du Logement et du Développement urbain (HUD). M. Mann, qui détient la double nationalité canadienne et ghanéenne, vivait sous le nom de Hailee DeSouza dans un logement subventionné dans la ville de Vernon, à environ 20 kilomètres à l’est de Hartford, expliquent des responsables fédéraux.

Après s’être enfui avec son fils alors âgé de seulement 21 mois, le 24 juin 1987, il est entré aux États-Unis et a obtenu de fausses pièces d’identité pour le bambin et lui-même, dont des certificats de naissance indiquant qu’ils étaient originaires du Texas.

Les autorités précisent que le locataire connu sous le nom de Hailee DeSouza vivait dans ce complexe résidentiel depuis 2004.

L’enquête avait impliqué plusieurs agences américaines, dont le HUD et le département de la Sécurité intérieure, en plus du service de police de Toronto et la Gendarmerie royale du Canada.

«C’est l’un de ces rares cas qui nous touche droit au cœur», a déclaré Christina Scaringi, l’agente spéciale chargée de cette affaire au bureau de l’inspecteur général du HUD, qui s’est réjouie d’avoir réuni «une famille injustement séparée».