Un Canadien aurait été kidnappé au Burkina Faso

MONTRÉAL — Un Canadien a été enlevé dans le nord du Burkina Faso, dans la région du Sahel, a annoncé mercredi le ministre de la Sécurité publique du pays.

Clément Sawadogo a indiqué par voie de communiqué qu’un employé de la minière vancouvéroise Progress Minerals a été kidnappé mardi dans la région de Mansila, près de la frontière avec le Niger.

Un porte-parole du ministère a précisé qu’un site minier avait été attaqué à Tiabongou, à environ 20 kilomètres de Mansila, dans la province du Yagha.

L’employé disparu se nommerait Kirk Woodman, selon le porte-parole.

La ministre canadienne des Affaires étrangères du Canada, Chrystia Freeland, a dit que son gouvernement est au courant du dossier et qu’il communique avec la famille.

Cette affaire survient après l’enlèvement, le mois dernier, de la Québécoise Édith Blais et de son ami italien Luca Tacchetto, aussi au Burkina Faso.

Le communiqué de M. Sawadogo évoque leur disparition et la décrit comme un enlèvement.

Le ministre rappelle que des terroristes ciblent certaines régions du pays et que les étrangers qui s’y rendent doivent faire preuve d’une grande prudence.

Le Burkina Faso a récemment déclaré un état d’urgence dans la région de l’enlèvement, en raison d’une recrudescence des attaques islamistes, surtout près de la frontière avec le Niger et le Mali.

Plusieurs étrangers ont été kidnappés dans le Sahel par des groupes affiliés à Al-Qaïda ou Daech (le groupe armé État islamique).

Par communiqué, les membres de sa famille ont demandé le respect de leur vie privée et ont déclaré qu’ils ne parleraient pas publiquement.

«Nous avons foi dans les autorités canadiennes pour ramener notre mari et notre père à la maison sain et sauf. Nous avons bon espoir d’une résolution rapide de la situation», ont-ils affirmé.