Un carambolage, peut-être dû à «Claudette», tue 10 personnes en Alabama

ATLANTA — Un carambolage, vraisemblablement provoqué par la dépression tropicale Claudette, a tué 10 personnes, dont neuf enfants, en Alabama.

La tragédie impliquant 15 véhicules est survenue samedi sur l’autoroute 65 à environ 55 kilomètres au sud de Montgomery, selon le coroner du comté de Butler, Wayne Garlock.

Il a lancé l’hypothèse que les véhicules avaient glissé sur la surface mouillée. Huit filles âgées de 4 à 17 ans se trouvaient à bord d’une camionnette appartenant à un ranch pour jeunes géré par l’Association des shérifs de l’Alabama pour les enfants agressés ou maltraités. Un homme et un bébé de neuf mois occupant d’autres véhicules ont péri eux aussi.

Plusieurs personnes ont été blessées.

Les huit filles occupant la camionnette revenaient de la plage de Gulf Shores, a indiqué le président de la direction du réseau de ranches, Michael Smith, à l’Associated Press. Le directeur du ranch du comté de Tallapoosa a survécu à l’accident et était hospitalisé à Montgomery. Il serait le père d’au moins une victime, a dit M. Smith.

«C’est la pire tragédie de ma vie dans laquelle je suis en partie impliquée», a-t-il reconnu. M. Smith retournait à Camp Hill pour parler aux autres jeunes pensionnaires du ranch, qui revenaient de la plage dans une autre camionnette et n’avaient pas été témoins du drame.

«Les mots ne peuvent pas raconter ce que j’ai vu, a-t-il confessé. Nous aimons ces filles comme si elles étaient nos propres enfants.»

M. Garlock a rappelé que l’endroit où est survenu le carambolage est «reconnu» pour être propice à l’hydroplanage. Une courbe en pente côtoie un ruisseau. La circulation y est habituellement dense pendant les week-ends estivaux.

«Le comté de Butler vient de voir l’un des pires accidents de circulations, sans doute même le pire de son histoire», a écrit le shérif Danny Bond sur Facebook.

Le réseau scolaire du comté de Tallapoosa a indiqué que des conseillers seraient disponibles dès dimanche à l’école secondaire Reeltown où étudiaient certaines victimes.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.