Un cas d’Ebola détecté à un poste frontalier de l’Ouganda

KAMPALA, Ouganda — Une fillette congolaise âgée de 9 ans a été déclarée positive au virus Ebola en Ouganda jeudi après être arrivée de la République démocratique du Congo, où une épidémie de cette fièvre hémorragique très contagieuse a tué près de 2000 personnes.

L’enfant, qui est maintenant isolée dans un hôpital du district frontalier ougandais de Kasese, avait quitté le Congo mercredi avec sa mère, a expliqué le ministère ougandais de la Santé dans un communiqué.

La fillette, qui saignait de la bouche et avait une forte fièvre, a été détectée lors de son passage à un poste frontalier officiel. Elle a été immédiatement placée en isolement.

L’épidémie d’Ebola qui s’est déclarée il y a un an dans l’est du Congo n’a montré aucun signe de ralentissement, malgré les nouveaux traitements et vaccins administrés à plus de 197 000 personnes dans la région. De nouveaux cas ont émergé au cours des derniers mois à Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu, et se sont récemment étendus à une nouvelle province, le Sud-Kivu.

L’insécurité et la prolifération de groupes rebelles dans la région nuisent aux efforts pour freiner la propagation du virus. Les populations sont par ailleurs très méfiantes envers les travailleurs de la santé, qui ont été victimes d’attaques à répétition.

Toutefois, les cas de contamination transfrontalière ont été rares jusqu’à maintenant, en partie grâce à des procédures de surveillance rigoureuses appliquées aux points de passage frontaliers officiels dans les pays voisins, l’Ouganda et le Rwanda.

En juin, une famille de Congolais comprenant certaines personnes infectées est arrivée en Ouganda par un sentier de brousse.

Deux d’entre eux ont ensuite succombé au virus Ebola, tandis que les autres ont été transférés au Congo.

Aucun autre cas d’Ebola n’a été confirmé en Ouganda depuis.

Les plus populaires