Un chef veut évacuer une communauté autochtone à cause d’un problème d’eau

Le chef d’une Première Nation dans une région éloignée du nord-ouest de l’Ontario a annoncé samedi qu’il procédait à une évacuation complète après que les résultats des tests eurent révélé la présence d’un niveau élevé d’hydrocarbures dans l’approvisionnement en eau.

Le chef Chris Moonias a déclaré sur les réseaux sociaux qu’il demandait aux gouvernements fédéral et provincial d’appuyer sa décision de faire évacuer la population de la Première Nation de Neskantaga.

Environ 230 personnes — dont plusieurs étaient jugées vulnérables — avaient été évacuées de la communauté plus tôt cette semaine après la découverte d’un «lustre huileux» dans le réservoir d’eau, ce qui a incité les autorités à fermer le réseau d’aqueduc.

Elles ont été déplacées à Thunder Bay, en Ontario, à environ 430 kilomètres de chez elles.

Le ministère des Services aux Autochtones avait déjà accepté de payer la facture de l’évacuation partielle, mais les porte-parole du ministre Marc Miller n’ont pas immédiatement répondu à une demande d’entretien pour savoir s’il approuvera la décision du chef Moonias.

La communauté autochtone doit déjà faire bouillir l’eau depuis 25 ans.

Laisser un commentaire