Un comité estime que la statue de John A. Macdonald ne devrait pas être réinstallée

MONTRÉAL — Un comité d’experts indépendants recommande à la Ville de Montréal de ne pas réinstaller la statue de bronze de John A. Macdonald, déboulonnée il y a deux ans lors d’une manifestation, dans son socle de granite de la Place du Canada, au centre-ville.

Dans un avis préliminaire rendu public lundi, les membres du comité «excluent la possibilité de remettre la statue de bronze représentant John A. Macdonald sur le socle du monument, telle qu’elle était positionnée avant son déboulonnement» par des manifestants, le 29 août 2020.

«Considérant les politiques assimilatrices et génocidaires qu’il a mises en œuvre à l’endroit des peuples autochtones et les actes discriminatoires qu’il a perpétrés envers plusieurs groupes de personnes, dont les conséquences sont encore douloureuses et palpables pour plusieurs communautés, le comité estime, dans l’esprit du processus de réconciliation, qu’il est nécessaire de se distancer de cet héritage de John A. Macdonald et de la vision coloniale représentée par le monument», peut-on lire dans l’avis du comité.

Pour l’heure, les membres du comité préféreraient que l’imposant socle qui trône sur le site patrimonial du Square-Dorchester-et-de-la-Place-du-Canada demeure vide, mais qu’une plaque interprétative y soit ajoutée pour présenter certains éléments emblématiques importants à communiquer aux générations futures.

Si ce scénario était celui qui était choisi, ce qu’il adviendrait de la statue serait à déterminer ultérieurement.

L’avis du comité d’experts sera débattu lors d’une séance d’étude publique qui aura lieu le mercredi 7 décembre en soirée. La population sera alors invitée à venir offrir son point de vue aux membres du comité, qui rédigeront ensuite leur avis final sur la question.

En bout de ligne, le conseil municipal de la Ville de Montréal devrait rendre une décision quant à l’avenir du monument en février 2023.

Héritage contesté

Inauguré en 1895, le monument créé par le sculpteur britannique George Edward Wade visait à rendre hommage à celui qui fut le premier premier ministre du Canada.

Mais au cours des dernières années, l’héritage de Macdonald a été assombri par, entre autres, le rôle qu’il a joué dans l’instauration du système fédéral de pensionnats pour Autochtones, où des milliers d’enfants ont été maltraités et sont décédés.

Déjà vandalisée à plusieurs reprises — elle avait notamment été recouverte de peinture rouge en plus d’une occasion — la statue de Macdonald a finalement été déboulonnée, et décapitée au passage, par des manifestants dans la foulée de la découverte de centaines de sépultures anonymes sur les sites d’anciens pensionnats un peu partout au Canada.

En écho à ce qui s’est passé à Montréal, des statues de Macdonald ont aussi été déboulonnées ailleurs au Canada, tandis que la Ville de Charlottetown, à l’Île-du-Prince-Édouard, a décidé de retirer la sienne en 2021.

Devoir de mémoire

À la lumière de toute cette controverse, le comité d’experts mandaté par la Ville de Montréal croit qu’il serait préférable de conserver le socle et le baldaquin à leur emplacement original «de manière à conserver une trace tangible de l’histoire complète du site et du personnage».

«Bien que l’absence définitive de la statue dans le socle qui l’a mise en valeur pendant 125 ans représente en elle-même le rejet des valeurs et des actions de ce personnage contesté, le comité estime qu’il faut ajouter à cette absence un programme d’interprétation renouvelée qui pourrait prendre différentes formes pour rendre compte de l’importance et de la complexité des enjeux», ajoute le comité.

Ses membres reconnaissent toutefois qu’il ne sera pas simple d’en arriver à cet objectif, puisqu’il faudra que «le message véhiculé par la réinterprétation soit clair et facilement compris par quiconque s’arrêtant devant le monument».

S’il a évoqué l’idée d’une plaque commémorative, le comité a préféré ne pas trop s’avancer sur la nouvelle mouture du monument, préférant attendre les prochaines étapes du processus d’évaluation.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.