Un comité pour mettre en œuvre des actions contre la violence conjugale

MONTRÉAL — Québec adoptera une série d’actions pour enrayer les crimes contre les femmes et les féminicides. La responsabilité de piloter la mise en œuvre de ces mesures revient à la vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a annoncé dimanche le cabinet du premier ministre François Legault.

Elle devra se baser sur les recommandations présentées dans le plan d’action déposé en décembre dernier par la ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, ainsi que dans les rapports «Agir ensemble pour sauver des vies» et «Rétablir la confiance». 

Mme Guilbault sera accompagnée de six autres collègues du gouvernement pour accomplir ce dossier. 

Le mandat a donc aussi été confié à la ministre Isabelle Charest, au ministre de la Justice, Simon Jolin-Barette, au ministre responsable des Affaires autochtones, Ian Lafrenière, et au ministre délégué à la Santé et aux services sociaux, Lionel Carmant. Les députés de Chauveau et de Lotbinière-Frontenac, Sylvain Lévesque et Isabelle Lecours, feront aussi partie de ce comité.

La pandémie a exacerbé la violence conjugale. Récemment, le Québec a connu sept féminicides en autant de semaines. 

En entrevue dimanche soir à Tout le monde en parle, Mme Guilbault a de nouveau promis que son gouvernement donnera davantage d’argent si nécessaire pour aider dans leur mission les maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence. Plusieurs organismes jugent que les sommes prévues dans le dernier budget provincial sont insuffisantes. 

Le cabinet du premier ministre mentionne que le budget 2021-2022 porte à 208 millions de dollars les sommes investies par le gouvernement au cours des deux dernières années afin de contrer ce phénomène et venir en aide aux victimes.

Laisser un commentaire