Un conseiller montréalais veut restreindre l’usage de la reconnaissance faciale

MONTRÉAL — Un conseiller de l’opposition à Montréal veut présenter la semaine prochaine une motion qui restreindrait l’utilisation de la reconnaissance faciale et d’autres technologies de surveillance par la police municipale.

Marvin Rotrand estime que la police de Montréal bloque les efforts des élus pour connaître précisément comment sont utilisées les nouvelles technologies de surveillance, qu’il qualifie d’intrusives.

Le conseiller indépendant à la Ville pour l’arrondissement Côte-des-Neiges—Notre-Dame-de-Grâce souhaite que le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) révèle comment il utilise ces technologies. Il exige aussi que le SPVM obtienne la permission du conseil municipal avant d’acquérir ces équipements ou de les utiliser.

M. Rotrand s’est inspiré de la motion adoptée par la Ville de New York et il espère que Montréal prendra les devants face à l’utilisation de cette technologie de reconnaissance faciale par la police.

La motion doit être débattue lors de la réunion mensuelle du conseil municipal, lundi prochain. Elle a reçu le soutien de l’Association canadienne des libertés civiles et de la Ligue des Noirs du Québec. Cette dernière s’inquiète du fait que la technologie de reconnaissance faciale est moins précise pour identifier les Noirs et pourrait aggraver le racisme systémique au sein du SPVM.

On ne sait toujours pas si les élus de Projet Montréal, au pouvoir à l’hôtel de ville, appuieront la motion du conseiller indépendant de Snowdon au conseil d’arrondissement.

Cet article a été produit avec l’aide financière des Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire
Les plus populaires