Un couple de Noirs aspergé de gaz poivré par la police parle de profilage

MONTRÉAL — Un couple de Noirs montréalais qui avait été aspergé de gaz poivré par la police lors d’une interpellation pour usage abusif du klaxon lors des festivités du Grand Prix, en juin dernier, affirme avoir été victime de profilage.

Daniel Louis et Gertrude Dubois ont déclaré en conférence de presse, mercredi, qu’ils déposeraient une plainte à la Commission des droits de la personne pour ce qu’ils qualifient d’«arrestation injustifiée». M. Louis a déjà déposé une plainte en déontologie policière.

Daniel Louis parlait pour la première fois, mercredi, de l’incident du 9 juin qui avait été capté dans une courte vidéo largement partagée depuis sur les médias sociaux.

Il a expliqué qu’une conversation à l’amiable avec le policier à propos du klaxon avait rapidement dégénéré, jusqu’à ce qu’il soit soudainement aspergé de gaz poivré. Mme Dubois, assise à côté de lui dans la voiture, a également été touchée par le jet d’aérosol.

Le Grand Prix du Canada attire chaque année au centre-ville de Montréal une foule nombreuse d’automobilistes qui font vrombir leur moteur ou jouent du klaxon. M. Louis affirme qu’il a été ciblé, parmi tous ces automobilistes, à cause de la couleur de sa peau.

Le Montréalais a ajouté mercredi qu’en plus des deux contraventions liées au bruit, il avait été accusé d’entrave au travail des policiers et de résistance à son arrestation. Il soutient que le ministère public a retiré les accusations criminelles lorsqu’il a accepté de payer une amende de 888 $ pour usage abusif du klaxon.

Le Service de police de la Ville de Montréal a refusé de commenter l’affaire puisque la Sûreté du Québec mène une enquête.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie