Un couple de Vancouver reconnaît avoir enfreint les règles sanitaires du Yukon

WHITEHORSE — Accusés de s’être rendus par avion dans une communauté éloignée du Yukon pour recevoir des doses d’un vaccin contre la COVID-19 en janvier, un mari et sa femme ont chacun plaidé coupables à deux chefs d’accusation d’infraction à la loi sur les mesures civiles d’urgence du territoire.

Rodney Baker, l’ancien président-directeur général de la Great Canadian Gaming Corporation, et son épouse Ekaterina Baker, ont comparu à distance mercredi dans une salle d’audience de Whitehorse. Ils ont reconnu avoir omis de s’isoler pendant 14 jours et ne pas avoir agi conformément à leurs déclarations lors de leur arrivée au Yukon.

La cour territoriale a appris que le couple de Vancouver avait nolisé un avion pour Beaver Creek, une petite communauté près de la frontière de l’Alaska, où ils avaient été vaccinés dans une clinique mobile avant de rentrer à Whitehorse.

Des agents responsables d’appliquer la loi ont ensuite intercepté le couple alors qu’ils faisaient la queue pour rentrer à Vancouver et leur ont remis des contraventions.

Le juge en chef Michael Cozens a accepté une soumission commune de peine, ordonnant au couple de payer le maximum de 500$ pour chaque accusation, soit un total de 1000$ chacun, plus une suramende compensatoire. Le couple évite la prison.

Rodney et Ekaterina Baker ont dit au tribunal qu’ils avaient chacun fait un don de 5000$ au programme de partage de vaccins connu sous le nom de COVAX, tandis que le juge a encouragé le couple à offrir leurs réparations directement à la communauté de Beaver Creek, où se trouve la première nation White River.

L’homme et la femme ont décliné l’occasion de s’adresser au tribunal, mais leur avocat a affirmé qu’ils s’excusaient sans réserve et qu’ils regrettaient l’impact important de leurs actions.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.