Un criminel de guerre guatémaltèque serait au Canada, selon des ONG

OTTAWA — Deux organismes demandent à Ottawa de poursuivre en justice un homme qui vivrait au Canada et qui, selon eux, aurait été impliqué dans le massacre de plus de 200 personnes au Guatemala en 1982.

Le gouvernement canadien tente depuis 2017 de dépouiller Jorge Vinicio Sosa Orantes de sa citoyenneté canadienne, au motif qu’il a participé activement au massacre et qu’il a ensuite menti sur son rôle lorsqu’il a demandé la citoyenneté canadienne. 

Dans des documents déposés en Cour fédérale, M. Sosa Orantes soutient qu’il n’était même pas dans le village de Las Dos Erres lorsque les événements en question ont eu lieu.

Lors d’une conférence de presse, mercredi, Avocats sans frontières Canada et le Partenariat canadien pour la justice internationale ont estimé que le Canada ne devrait pas devenir une destination de retraite pour les criminels de guerre présumés.

En 2014, M. Sosa Orantes avait été condamné à 10 ans de prison aux États-Unis pour avoir menti sur son rôle dans la guerre civile au Guatemala, lors de sa demande de citoyenneté américaine. Les archives judiciaires américaines montrent qu’il a été libéré de prison en juillet 2019, mais qu’il est resté détenu par les autorités de l’immigration jusqu’à la fin de 2020. Or, les deux organismes canadiens disent avoir été informés par une organisation non gouvernementale américaine que M. Sosa Orantes a depuis été expulsé vers le Canada, où il avait déjà obtenu la citoyenneté canadienne.

Selon des documents judiciaires, le gouvernement canadien croit maintenant que M. Sosa Orantes a été un membre haut gradé d’une unité des forces spéciales militaires au Guatemala et qu’il commandait des soldats qui ont torturé, violé et assassiné des villageois. Ottawa allègue également que M. Sosa Orantes a lancé une grenade et tiré dans un puits où avaient été jetées des victimes, certaines encore vivantes.

———

Cette dépêche a été produite avec l’aide financière des Bourses de Facebook et de La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.