Un député vante son opposition au projet de loi sur les «thérapies de conversion»

OTTAWA — Le projet de loi fédéral qui vise à rendre illégal le fait de forcer une personne à suivre une thérapie pour modifier son orientation sexuelle ou son identité de genre se transforme en outil de collecte de fonds politique. 

Le député conservateur Derek Sloan, candidat malheureux dans la course à la direction du parti, demande à ses partisans de l’aider à récolter 25 000 $ pour sa réélection, en rappelant ses efforts pour lutter contre le projet de loi, actuellement devant la Chambre des communes. 

M. Sloan s’est toujours opposé au projet de loi en suggérant que cette interdiction équivalait à de la maltraitance d’enfants. Il a mis de l’avant son opposition pendant sa campagne à la direction du parti pour rallier les partisans de l’aile conservatrice sociale. 

Dans une lettre envoyée aux partisans conservateurs, jeudi, il a déclaré que le projet de loi des libéraux équivalait à «une approche idéologique insidieuse de l’identité de genre, pouvant nuire à de nombreux enfants pour le reste de leur vie». 

Il allègue également que la plupart des enfants qui remettent en question leur identité de genre ou leur orientation sexuelle «en reviendront un jour». Il estime que le projet de loi criminaliserait les conversations privées visant à aider les enfants à se sentir heureux dans le corps qui leur a été attribué à la naissance. 

Les libéraux insistent sur le fait que le projet de loi n’interdirait pas les conversations ordinaires visant à guider ceux qui remettent en question leur orientation sexuelle ou leur identité de genre. «Ce que nous interdisons, c’est une pratique», a précisé le ministre de la Justice, David Lametti, en réponse au député Sloan. 

De nombreuses études ont indiqué que cette pratique ne fonctionne pas et que ceux qui la subissent souffrent de blessures psychologiques à long terme. Le projet de loi est actuellement devant le Comité de la justice des Communes, après avoir passé la deuxième lecture le mois dernier en Chambre, par 308 voix contre sept. 

Le chef conservateur, Erin O’Toole, a voté pour, après avoir prononcé un long discours sur la croyance de son parti dans les droits des LGBTQ — mais il a suggéré qu’il fallait amender le projet de loi. 

Huit autres députés ont également suggéré dans leurs votes qu’ils ne l’appuyaient que dans l’espoir qu’il soit amendé. Deux conservateurs se sont abstenus et certains ne se sont tout simplement pas présentés pour voter, que ce soit en personne ou virtuellement. 

M. Sloan avait fini quatrième dans la course à la direction remportée par M. O’Toole en août. Le parti utilise un mode de scrutin préférentiel, et ce sont finalement les partisans de M. Sloan, ainsi que ceux de la candidate Leslyn Lewis, qui ont fait passer M. O’Toole devant son rival Peter MacKay. 

Laisser un commentaire