Un deuxième rapport du vérificateur général sur le système de paye Phénix

OTTAWA — Un nouveau rapport du vérificateur général qui sera rendu public mardi pourrait une fois de plus hanter le gouvernement fédéral quant à sa gestion du système de paye des fonctionnaires.

Le deuxième rapport de Michael Ferguson, plus détaillé, vise à comprendre comment l’implantation du système de paye Phénix a pu dérailler. Ses conclusions seront dévoilées alors que les fonctionnaires demandent d’être dédommagés pour tous les problèmes qu’ils ont subis depuis l’arrivée du nouveau système, il y a deux ans.

Le bureau de M. Ferguson a vérifié si Phénix avait été testé de façon approfondie et si Services publics et Approvisionnement Canada — qui est responsable du dossier — avait fourni tout le soutien nécessaire aux ministères et agences du gouvernement avant qu’il n’entre en vigueur.

Le système Phénix, conçu par IBM sous l’ancien gouvernement conservateur, était présenté comme un projet de «modernisation» qui avait pour objectif d’uniformiser les nombreux systèmes de paye des différents ministères. Il devait aussi faire économiser 70 millions $ par année aux contribuables.

Dans son premier rapport sur les ratés du système publié en novembre, Michael Ferguson avait qualifié Phénix de «fiasco» et avait prévenu qu’il faudrait des années pour remédier aux problèmes, si cela est possible, avec des coûts qui pourraient dépasser 1,2 milliard $.

Le gouvernement fédéral a déjà dépensé des millions de dollars pour mettre en place le système et tenter de le stabiliser. Ottawa a consacré 16 millions $ dans le dernier budget fédéral pour trouver un remplaçant au système Phénix.

Mais M. Ferguson a suggéré que cette idée ne tenait pas la route financièrement.

«S’ils recommençaient à zéro, il serait difficile de voir comment ils se retrouveraient dans une situation plus enviable», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse en novembre.

«La seule option est d’essayer et de tenter de régler le problème avec le système tel qu’il est.»

Des problèmes de longue date

Après son implantation en février 2016 dans 34 ministères employant 120 000 personnes, des problèmes ont commencé à apparaître rapidement. En avril de cette année-là, environ 30 pour cent des fonctionnaires avaient fait état d’erreurs dans leur paye.

Malgré les ratés, la deuxième phase d’implantation du système est entrée en vigueur pour quelque 170 000 employés de ministères et agences.

Plus de la moitié des travailleurs de l’État disent avoir éprouvé des problèmes avec le système: ils affirment avoir été trop peu payés, trop payés ou pas payés du tout.

Actuellement, plus de 600 000 transactions de payes sont en attente au Centre des services de paye à Miramichi. Un sommet de 633 000 dossiers avait été atteint en janvier.

L’Alliance de la fonction publique du Canada, qui représente environ 140 000 fonctionnaires, a menacé le mois dernier de faire campagne contre les libéraux, à l’occasion des prochaines élections fédérales en 2019.

La semaine dernière, le syndicat a demandé à M. Trudeau d’intervenir personnellement dans les négociations visant à dédommager les employés pour le stress et le temps qu’ils ont perdu relativement au système de paye.

«Les représentants du gouvernement disent qu’ils attendent un mandat. Il est temps que le premier ministre Trudeau leur donne ce mandat», a déclaré le syndicat dans un communiqué.