Un drapeau mystérieux pour marquer le 80e anniversaire du raid contre Dieppe

OTTAWA — Une légende racontait qu’un des 916 soldats canadiens tués lors du désastreux raid contre Dieppe, en août 1942, portait un vieux drapeau.

Comment ce vieux drapeau âgé de 150 ans se serait-il retrouvé sur la plage de Dieppe ? Cela demeure un mystère.

Mais plus de 80 ans plus tard, ce vieux drapeau canadien sera au centre de la prochaine cérémonie nationale marquant le jour du Souvenir. Et le pays peut en remercier trois Américains.

L’histoire commence en 1965 lors d’une vente-débarras à Columbus, au Nebraska. Charles Lowry aurait aperçu le vieux «Red Ensign» — le drapeau canadien avant l’adoption de l’unifolié — dans les mains d’un ancien combattant américain.

«C’était un vieux drapeau et le gars voulait s’en débarrasser, raconte le fils de Charles, Mike Lowry. Papa lui a demandé quelle était l’histoire derrière ce drapeau.»

L’homme expliqua à Charles qu’il était garde dans un camp de prisonniers à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. À un certain moment, il avait remarqué un prisonnier allemand tenant ce qu’il pensait être une bannière nazie, mais en réalité, il s’agissait d’un drapeau canadien.

La Légion royale canadienne a confirmé que ce drapeau avait été fabriqué entre 1870 et 1873 après que le Manitoba s’est joint à la Confédération.

À l’époque, l’Américain n’en savait rien. Tout ce qu’il pouvait en dire, c’était ce que l’Allemand lui avait raconté: le drapeau avait été retrouvé près du corps d’un des 916 soldats canadiens tués à Dieppe en 1942.

Au petit matin du 19 août 1942, près de 5000 soldats canadiens, 1100 soldats britanniques et quelques rangers américains ont tenté de s’emparer du port normand de Dieppe et de se retirer. L’objectif était de tester les défenses allemandes et d’examiner la possibilité de lancer une attaque amphibie contre les territoires occupés par l’Allemagne en Europe. Une vraie répétition en vue du 6 juin 1944.

Le résultat fut désastreux. En plus de quelque 900 tués, 2400 soldats canadiens ont été blessés ou capturés lors de l’attaque. 

«L’Allemand prétendait qu’il n’avait pas été impliqué dans les combats. Il faisait partie d’un peloton pour enterrer les morts. Il a trouvé le drapeau sur un soldat tué et l’a gardé en souvenir, mentionne Mike Lowry. L’Américain qui l’a pris avait l’intention de le remettre à une unité canadienne.»

Le drapeau s’est finalement retrouvé au Nebraska. 

Charles Lowry a tenté de retrouver la famille de l’ancien propriétaire du drapeau. Mike, qui était alors un élève du secondaire, l’a aidé dans ses efforts.

«La bibliothèque de Columbus avait deux livres sur les drapeaux, dit Mike. Nous les avons lus. Nous avons ensuite cherché dans toutes les provinces canadiennes, puis en Australie et en Nouvelle-Zélande et dans les autres colonies britanniques. Nous n’avons jamais trouvé. Mon père a consacré beaucoup d’efforts. Je sais qu’il tentait toujours de le découvrir. Mais quand j’étais au collège. Il tentait de trouver quelqu’un qui savait quelque chose.»

Et quand Charles est mort en 2003 à l’âge de 93 ans, Mike a hérité du «Red Ensign».

Et il a repris le flambeau de son père.

Il a contacté la Légion royale canadienne, il y a environ cinq ans, pour le lui remettre. Elle a sauté sur l’occasion.

La Légion dit que plusieurs membres du corps expéditionnaire canadien pendant la Première Guerre mondiale portaient un drapeau en allant au combat. Certains de ces drapeaux ont ensuite été donnés à des militaires de la Deuxième Guerre mondiale, peut-être par superstition. 

Le drapeau des Lowry est revenu à Dieppe avec une délégation d’anciens combattants en 2019. Une porte-parole de la Légion royale canadienne, Nujma Bond, dit qu’il sera placé devant la tombe du Soldat inconnu lors du jour du Souvenir pour commémorer le raid de Dieppe.

«C’est vraiment une histoire d’espoir, de mémoire et d’unité, lance-t-elle. Nous sommes vraiment heureux de la partager avec les Canadiens. Nous sommes heureux de pouvoir montrer ce drapeau comme un symbole pour la mémoire et le sacrifice.»

Quand on lui demande ce qu’il pense de voir le drapeau récupéré par son père occuper une place si importante pendant la cérémonie nationale du jour du Souvenir, Mike Lowry pense à son père.

«Papa a toujours voulu remettre le drapeau à la famille de son propriétaire ou à l’unité à laquelle il appartenait. Aujourd’hui, j’ai l’impression qu’il est remis à un pays tout entier. J’en suis très honoré et très fier.»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.