Un étudiant dépressif cache son état pour éviter l’expulsion de sa résidence

HALIFAX – Un étudiant de Nouvelle-Écosse qui souffre de dépression et qui a des idées suicidaires soutient que les responsables de sa résidence universitaire lui ont interdit d’en parler à ses camarades, sous peine d’éviction, en vertu d’une directive de l’établissement d’enseignement.

Lorsque Brody Stuart-Verner, âgé de 19 ans, a appris d’un médecin qu’il souffrait de dépression, il a demandé des soins à l’hôpital. Il a alors informé de son état un responsable de sa résidence universitaire. À son retour en résidence, en octobre dernier, un responsable lui a demandé de signer une lettre d’entente confidentielle de l’Université Mount Saint Vincent.

Dans ce document, l’étudiant s’engageait à ne pas parler aux autres résidants de problèmes personnels, «à savoir ses pensées autodestructrices». Il est aussi stipulé qu’en cas d’urgence — comme une pensée suicidaire —, l’étudiant devait d’abord téléphoner à un centre d’écoute, puis au besoin à la sécurité dans l’immeuble. La lettre d’entente prévoit aussi qu’il doit suivre son plan de traitement. S’il ne respectait pas ces directives, l’étudiant serait expulsé de la résidence.

Joint à Charlottetown où il a décroché un emploi d’été, M. Stuart-Verner raconte qu’il n’a rien dit à ses camarades pendant toute l’année scolaire, de peur d’être évincé de la résidence.

Paula Barry, vice-présidente adjointe à la vie étudiante, n’a pas voulu accorder d’entrevue, mais elle a écrit mardi que l’université réexaminait cette lettre d’entente et qu’elle pourrait la modifier, pour éviter qu’une telle situation se reproduise. Elle a soutenu que ces directives sont là pour soutenir les étudiants en crise, pas pour les isoler.

Mais Brody Stuart-Verner et sa famille persistent à croire que cette lettre d’entente équivaut à bâillonner et ostraciser les étudiants aux prises avec des problèmes de santé mentale. La mère du garçon, Sandy Stuart, est fière que son fils ait dénoncé publiquement ces directives, au nom de tous les autres étudiants.